Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Faites vos jeux rien ne va plus !

Le navire France est en train de sombrer et contrairement au Titanic, une partie de son orchestre préfère fuir plutôt que de courageusement rester jusqu’au bout !

 

 

A l’heure où la Porte-Parole du Gouvernement assène très fièrement et sans gêne aucune dans les médias qu’il ne faut pas « changer de cap », bon nombre d’élus de la majorité à laquelle elle appartient semblent visiblement penser bien différemment d’elle.

 

 

Il y a maintenant deux semaines, alors que je ne l’ai appris que ce week-end, le Sénateur-Maire PS de Conflans-Sainte-Honorine, Philippe Esnol, quittait avec fracas le Parti Socialiste, annonçant au passage son ralliement au PRG. Il n’a d’ailleurs pas été tendre avec ses anciens camarades puisqu’il a eu l’audace de Twitter : « Seul objectif de melenchon et irresponsables PS : flinguer Valls ,quelle pitié! Mort aux cons ».

 

 

Voilà qui est dit…

 

 

Quelques heures plus tard, toujours il y a deux semaines, c’est le Maire PS de Fleury-Mérogis, David Derrouet, qui rend sa carte du Parti Socialiste. Tout serait passé inaperçu s’il n’avait pas été le suppléant du Député PS Malek Boutih, qui lui-même en son temps avait eu quelques mots disgracieux à l’égard du PS et de la manière dont il se sentait considéré au sein du parti. L’ex Socialiste déplore que « Toutes les promesses ont été reniées », notamment au sujet de la mise eu pas de la finance.

 

 

Preuve d’une part que lorsque François Hollande promettait d’imposer au Monde de la Finance sa propre loi, il n’y connaissait absolument rien, et preuve encore du fait que la finance, on ne peut pas la combattre mais aussi et surtout, si elle existe c’est probablement qu’elle a un rôle à jouer dans le bon fonctionnement de la société…

A gauche ils n’ont pas l’air d’avoir compris ça et on préfère visiblement se battre contre des moulins… La politique écran de fumée du « bouc émissaire » trouve ici l’une de ses limites…

 

Harlem Désir PS

 

Alors certes, de son côté la rue de Solférino temporise… Elle est dans son rôle… Vous l’imaginez seulement un instant reconnaitre officiellement des désertions massives dans ses rangs ? Impensable… Du coup on préfère marginaliser les rares courageux qui ont osé taper du poing sur la table.

 

 

Le malaise est pourtant profond.

Aucun Ministre ne peut faire de sortie ou prendre de position sur un sujet bien précis sans se faire reprendre ou carrément critiqué par l’un de ses camarades. Il ne fait nul doute que si le Président de la République était populaire, ce qui n’a jamais été réellement le cas autrement qu’artificiellement, il n’y aurait pas autant de « rats en train de quitter le navire »…

 

 

Rajoutez à cela le degré zéro de l’argumentaire politique que sont les positions et communiqués hystériques d’Harlem Désir et vous obtenez une majorité en très lente décomposition qui au lendemain des beuveries fastueuses de la Maison de la Chimie, assume très difficilement le poids du désenchantement.

 

 

En réalité la gauche n’a jamais eu besoin d’une opposition forte face à elle ; elle a toujours réussi à se tirer une balle dans le pied toute seule… Rajoutez à cela un Président bon en rien et mauvais en tout, et vous obtenez un pays en crise… Ah ça y a pas de doute ; le changement c’est bien maintenant !

Tag(s) : #Casseroles du PS et de la gauche

Partager cet article

Repost 0