Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A chaque Ministre de l’Education sa petite réformette qui portera son nom.

Fondamentalement elle ne changera rien, comme toutes les autres, mais l’espace d’un temps elle aura servi à entretenir l’illusion que quelque chose de nouveau était en train de se passer.

 

 

Vincent Peillon, Ministre actuellement en fonction à ce poste, qui avait un peu pris de cours l’intégralité des syndicats du monde enseignant en révélant dès les lendemains de sa prise de fonction qu’il allait imposer une réforme des rythmes scolaires, se retrouve aujourd’hui dans l’embarras avec une mesure votée mais toujours pas financée.

 

 

Certes quelques timides villes ont accepté de l’appliquer dès la rentrée prochaine mais d’autres visiblement un peu plus dubitatives, on fait le choix d’attendre la rentrée de septembre 2014 pour mettre en place la semaine de 4,5 jours.

 

 

Ouvrir un établissement scolaire une demie journée supplémentaire coûte de l’argent. L’école étant en France majoritairement publique, ces fonds seront bien évidemment à chercher dans notre poche. Par quel(s) moyen(s) seront financés ces coups supplémentaires ? Nul ne le sait et tout le monde se renvoie la balle. Je ne voudrai pas vous affoler, mais la rentrée de septembre c’est dans deux mois et demi, sachant qu’entre temps, la France s’arrête pendant un mois…

 

Reforme-Peillon-rythmes-scolaires.jpg

 

En réalité, l’exécutif semble avoir agi dans la précipitation, peut-être un peu par inconscience. Un an après l’annonce de la mise en place du dispositif, la France ne dispose d’aucune marge de manœuvre pour pouvoir la financer. En résumé, on a promis quelque chose sans savoir réellement comment on allait bien pouvoir honorer cette promesse…

 

 

Pour une majorité et un Président qui disaient s’être préparés à cette fonction, on s’attendait à un peu mieux que ça… Pour l’heure on a un vaguement l’impression qu’ils naviguent à vue en espérant que survienne par le plus grand des hasards la même providence que celle qui a permis à la fin des années 1990 à Lionel Jospin de s’en sortir pas trop mal alors que sur le fond, il n’avait rien fait pendant 5 ans…


 

Source image: Libération.fr

Source contenu: LesEchos.fr

Tag(s) : #Les Ministreries

Partager cet article

Repost 0