Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dernier gros chantier avant les prochaines élections municipales, puisqu'il devrait être voté, au plus tard d'ici la fin de l'année, une nouvelle réforme des retraites, probable prétexte et issue de sortie prévue par François Hollande pour son Premier Ministre Jean-Marc Ayrault.

 

 

Pour l'heure il n'est certes pas prévu de remaniement de cette ampleur, mais il n'empêche que la question va inévitablement se poser d'ici quelques mois et il ne fait nul doute que le Président de la République n'aura pas d'autre choix que de prendre les mesures qui s'imposent.

C'est probablement pour ça que la responsabilité du dossier a été confiée au Premier Ministre en personne.

 

 

On sait que les décisions seront dures à prendre et qu'elles ne feront pas que des heureux, mais on nous le promet, cette réforme sera de gauche. Une réforme de gauche c'est quoi au juste?

Beaucoup de bons sentiments, de belles paroles, de belles promesses, plein d'espoirs et à la fin que des désillusions..

 

 

A l'identique d'un Pierre Mauroy qui aura marqué à sa manière son passage à Matignon en instaurant la retraite à 60 ans, Jean-Marc Ayrault sait que sa mollesse et son absence d'autorité auprès de ses Ministres lui ont causé beaucoup de torts et l'ont considérablement décrédibilisé.

 

 

Aussi, pour sortir la tête haute et avec les honneurs après de nombreux mois passés où les français se sont demandés à quoi il pouvait bien servir, il lui a été confié une mission, difficile, qui prendra fin courant décembre avec le vote du texte. Ensuite, début 2014, la France entrera en période de campagne pour les municipales et il ne sera pris plus aucune décision sur le plan national, tant que les sanctions des urnes ne seront pas tombées.

 

 

Les français sont unanimes sur le Premier Ministre, tout comme au sujet du Chef de l'Etat. Ils ne leurs reconnaissent ni talent, ni courage et doutent depuis le début de leur aptitude à réformer le pays en profondeur.

 

Jean-Marc-Ayrault-retraites.jpeg

 

La gauche n'a jamais réellement engagé de vraies réformes de retraites.

Tout juste s'est-elle contenter de créer un fond qui était censé financer les retraites des français à l'horizon 2020. Sauf que la mauvaise gestion de ce fond a conduit la droite, lorsqu'elle en a eu la possibilité, à faire cesser ce gaspillage et à utiliser cet argent à des fins utiles. Chose que n'a jamais voulu comprendre la gauche.

 

 

Il manque 20 milliards d'€uros pour l'horizon 2020.

Allonger la durée de cotisation ne produirait pas d'effet immédiat et encore moins sur cet intervalle de temps qui nous sépare aujourd'hui de 2020. La diminution des pensions, ou au moins leur désindexation de l'inflation sera probablement au programme mais ne concernera que les français qui ont eu la chance et travaillé pour avoir un niveau de vie convenable. La patrie reconnaissante ça ne sera toujours pas pour maintenant. Une hausse des prélèvements obligatoires ne sont pas à exclure, ni une hausse des prélèvements de la CSG sur les retraités...

 

 

Autant de mesures impopulaires auxquelles le gouvernement va devoir faire face.

 

 

François Hollande sait qu'il n'a pas le choix et Bruxelles n'a pas manqué de le lui rappeler. Lui décidera mais Ayrault s'en occupera. Nul doute que Mélenchon et d'autres syndicats se serviront de l'occasion pour se faire entendre, ce qui mettra Jean-Marc Ayrault dans une position inconfortable... Et pour calmer les esprits tout en tentant de redonner un second souffle à son quinquennat, François Hollande se servira de son Premier Ministre comme d'un fusible, en ayant probablement pris soin de lui trouver un poste quelque part...

 

 

Stratégie, ni plus ni moins. La manoeuvre est connue. C'est une manière pour le Président de dire au peuple de gauche "Je vous ai compris", tout en sachant pertinemment que de toutes façons il n'avait pas le choix...

 

Source image: Metronews.fr

Tag(s) : #Ce que j'en pense...

Partager cet article

Repost 0