Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelques jours à peine après le remaniement Ministériel, je parlais ici même du déplacement officiel de Michel Sapin et Arnaud Montebourg, chacun de son côté et par ses propres moyens, à Berlin, à la rencontre de nombreux partenaires allemands.

 

 

La majorité nous disait alors à l’époque avoir organisé ce déplacement dans le but de « discuter » sur le rythme de réduction des déficits, qu’il y a quelques jours à peine elle jugeait impossible de ramener à 3% d’ici l’horizon 2015. Michel Sapin nous promettait également que le rythme de la réduction du déficit public "sera discuté" à Bruxelles.

 

 

Puis silence radio. Plus rien. Aucune nouvelle.

L’actualité est passée par là et l’attention des français s’est détournée sur d’autres sujets alors que la question de la réduction du déficit public est incontournable puisqu’elle conditionnera l’intensité des politiques de rigueur à venir dans les prochains mois.

 

 

Et d’un seul coup, revirement…

Michel Sapin assure à l’Assemblée Nationale, devant les Députés de la France entière et donc devant les français, qu’il n’a jamais été question de renégocier la question du retour à 3% de déficit public d’ici 2015.

 

Michel-Sapin.jpg

 

Peut-on seulement croire en la parole de Michel Sapin ?

Non…

Pourquoi ?

Parce que Michel Sapin c’est cet ex-Ministre du Travail qui nous a vendu tous les mois pendant presque deux ans les chiffres du chômage en nous promettant à chaque fois que la courbe allait s’inverser puis, voyant que l’inversion n’arrivait pas, s’est mis à inventer des pirouettes linguistiques pour se sortir de la panade dans laquelle il s’était lui-même enlisé…

 

 

Rien que pour ça, Michel Sapin a totalement perdu tout crédit à mes yeux.

S’il est un détail qu’il ne faut pas perdre de vue, c’est que face au rejet de la Commission Européenne à Bruxelles d’un rééchelonnement du rythme de réduction du déficit public de la France pour atteindre les 3% d’ici 2015, nous n’aurons pas d’autre solution que celle de serrer la vis et ce coup-ci ça risque de faire sérieusement mal.

 

 

 

Source imahe: Libération

Tag(s) : #Les Ministreries

Partager cet article

Repost 0