Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Certes comme tous les politiques l’ont déjà fait, et comme je l’ai par ailleurs déjà fait sur les réseaux sociaux dès mardi soir, je condamne fermement cette Une débile d’un torche-cul dont personne ou presque ne connaissait l’existence avant ces dernières 24 à 48 heures.

 

 

Pourtant, était-il nécessaire de faire un tel tapage pour un tel torchon ? Non… Pourquoi ? Parce que celui qui a dit avoir saisi le Procureur de la République, le Premier Ministre en l’occurrence, ne pourra pas aller bien loin avec sa plainte tant que la principale intéressée, Christiane Taubira, n’aura pas déposé plainte elle-même… Ce qui n’arrivera pas, si j’en crois ses propos.

Politique spectacle, de l’illusion et de l’écran de fumée. Tromperie.

 

 

Où est-ce que je souhaite en venir ? C’est très simple à comprendre.

 

 

Le jour où parait dans la presse une interview d’un Député PS qui demande la démission du Premier Ministre, on retrouve étrangement un Chef du Gouvernement qui s’empare d’une polémique dont on sait qu’elle va faire jaser à gauche. Au passage, au moins temporairement, les tensions dans la majorité sont mises sous le tapis.

 

 

Cette précipitation du Premier Ministre lui permet par ailleurs de couper l’herbe sous le pied de son adversaire de gauche, Jean-Luc Mélenchon, dont c’est le jeu favori en période électorale de s’autoproclamer le candidat de gauche en guerre contre les fachos.

 

 

Non seulement le Premier Ministre a réussi, en instrumentalisant « Minute », à éclipser les tensions au sein de sa propre majorité, mais il aura également trouvé un créneau pour torpiller son adversaire de gauche. Il aura aussi, bien évidemment, offert une magnifique tribune à un torchon qu’absolument personne ne connaissait avant, hors milieux initiés à la politique.

 

 

Et c’est pas « Minute » qui va dire l’inverse, dixit un journaliste de la rédac’ :

« On voulait se payer un coup de pub pour zéro euro, le contrat est rempli au-delà de nos espérances. (...) On se doutait que SOS Racisme porterait plainte, mais nous avons prévu le coup du point de vue judiciaire. Nous sommes difficilement condamnables. »

 

 

Merci Monsieur le Premier Ministre… Qui savait d’ailleurs très certainement avant de déposer sa plainte qu’elle n’avait que très peu de chances d’aboutir…

Merci également Monsieur le Premier Ministre de perpétuer cette tradition bien de gauche, vieille d’au moins 30 ans, et qui consiste à creuser le lit des extrêmes en les plaçant au centre de toutes les attentions.

 

 

Jean-Marc Ayrault aurait voulu offrir un coup de pub à l’extrême droite, qu’il ne s’y serait pas pris autrement.

 

Taubira-Une-Minute.gif

 

Puis bon…

C’est vrai que dans l’ordre des priorités à traiter, il n’y avait pas plus important… Le chômage, la récession, le dérapage des déficits publics, l’explosion de la dette, le rejet de sa réforme des retraites, la révolte bretonne et j’en passe, c’est secondaire… Non au moins en attirant toutes les attentions sur un torchon que personne ne connait, on peut être sûr qu’on va enfin trouver les bons remèdes contre la crise ! C’était d’ailleurs bien là la seule préoccupation des français aujourd’hui !

 

 

Entendons-nous bien ; je ne minimise pas la gravité de ce qu’il s’est passé mais je condamne la récupération honteuse et pas du tout gênée du Premier Ministre qui s’en est suivie !

 

 

 

Puis bon…

Le Premier Ministre devrait se poser les bonnes questions. Le racisme explose en France dès l’instant où la gauche retrouve le pouvoir. Lien de cause à effet ? Je n’en doute pas un seul instant… Et cette opération de communication savamment orchestrée par lui-même à la faveur de « Minute » accrédite cette thèse. Et des exemples comme celui-ci je pourrai vous en fournir des tonnes.

 

 

Quelqu’un peut-il d’ailleurs me dire de combien d’attaques a été victime Rama Yade au sujet de ses origines du temps où elle était Ministre sous Sarkozy et si cela s’est produit, est-ce que ces faits ont été instrumentalisés et médiatisés comme ils le sont aujourd’hui avec la gauche ?

Non, je ne le pense pas…

 

 

En politique, jamais rien n’est innocent, jamais rien n’est dû au hasard ; s’il y a bien un domaine dans lequel un politique est constant, c’est dans le calcul.

Tag(s) : #Ce que j'en pense...

Partager cet article

Repost 0