Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tels pourraient être les titres d'un certain nombre d'albums qui viendraient se rajouter à la déjà très longue liste des "Martine..."

 


N'y voyez aucun sous entendu de ma part ni aucun procès d'intention à l'égard de qui que ce soit.
Je tiens simplement à faire une petite note d'humour sur ces multiples coïncidences dont bon nombre de médias , aussi apolitiques qu'impartiaux dans la manière qu'ils ont de traiter l'information, ont encore une fois oublié de nous parler.

 

 

 

Un résumé de la mise en examen

L’ex première Secrétaire du Parti Socialiste, Martine Aubry, avait été mise en examen en novembre dernier pour « homicides et blessures involontaires », dans le cadre d’un procès sur le drame de l’amiante.

 

Un certain nombre de recours en nullité avaient depuis été déposés par plusieurs personnes contestant leur mise en examen, gelant ainsi l'instruction de la magistrate du Pôle santé de Paris, la juge Marie-Odile Bertella-Geffroy. Il était initialement prévu, d’après les informations dont je disposais vers la fin janvier 2013, que ces points soient discutés devant la chambre de l’instruction aujourd’hui même.

 

 

 

Le cas de la juge

Parallèlement il avait été notifié à la juge Bertella-Geffroy, par courrier du secrétariat Général du Gouvernement, saisi par le Ministère de la Justice, qu’elle allait devoir quitter son poste au sein du Pôle Santé du TGI début mars.

Dessaisissement qu’elle conteste depuis ce jour mais dont on n'entend que très peu parler.

La Garde des Seaux, Christiane Taubira a annoncé vendredi dernier qu’elle saisissait le Conseil Supérieur de la Magistrature sur le cas de cette mutation "contestée" également par les défenseurs des victimes de l’amiante, qui estiment  par ailleurs qu'il faudrait six mois à un an pour que deux juges « ingurgitent le monstre de l’amiante ».

 

 

 

Les faits reprochés (en très condensé)

D’après le quotidien Le Monde, la juge Bertella-Geffroy reproche notamment à l’ex première Secrétaire du PS ainsi qu'à d'autres personnes également mises en examen dans le cadre de cette affaire, « d'avoir tardé à transcrire en droit français les directives européennes de 1983 et 1991 qui renforcent la protection des salariés et abaissent les limites d'exposition des ouvriers à la poussière cancérigène. ».

Les mis en cause contestent.

 

Le Conseil d’Etat lui-même avait pourtant reconnu le 3 mars 2004 la responsabilité de l’Etat dans ce dossier, qui n’avait pas suffisamment protégé les salariés alors que "le caractère hautement cancérigène" de l'amiante "avait été confirmé à plusieurs reprises (...) et que le nombre de maladies professionnelles et de décès (...) ne cessait d'augmenter depuis le milieu des années 1950".

 

La juge évoque également des risques d’influences des lobbys de l'amiante sur Martine Aubry, notamment de par le fait que l’un de ses chefs de bureau participait aux réunions du CPA (Comité Permanent Amiante).

Cet argument est également contesté par l’avocat général.

 

 

 

Information importante

Je ne rentrerai pas dans le détail de cette affaire puisque vous imaginez bien que traiter d’un sujet vieux d’au moins 30 ans me prendrait une éternité. En parler m’expose par ailleurs à un risque de poursuites dans le cas où je dirai une bêtise et je n’ai pas envie de me lancer sur ce terrain.

Je vous recommande simplement cet article du Monde, mais également celui-ci de Libé et cet autre du Nouvel Obs’ qui à mon sens, décrivent assez bien la situation.

 

 

 

Succession de scandales sanitaires

Le scandale de l’amiante avec ses 3 000 morts annuels serait l’un des plus gros scandale sanitaire du XXème siècle en France. Depuis ceux-ci ont évolué et concernent principalement à cet instant des carcasses de cheval entrées dans la chaîne alimentaire alors qu'elles contenaient des produits toxiques pour l’homme, de multiples scandales liés aux pilules de 3ème et 4ème génération, ou encore le Mediator.

 

 

 

Déjeuners entre camarades à l'Elysée puis à Matignon

Lundi dernier, l’ex Première Secrétaire du PS de 2008 à 2012 a déjeuné à l’Elysée avec l’ex Premier Secrétaire du PS de 1997 à 2008, François Hollande. Que se sont-ils racontés ? Sans doute pas des histoires d’ex candidats à la primaire socialiste qu’ils sont tous les deux et que l’un a remporté mais pas l’autre !

D’après France Inter, des questions d’ordre économique et internationale auraient été abordées lors de ce tête à tête. Toujours d’après France Inter, repris également par Libé et Le Lab d’Europe 1, Martine Aubry aurait prévu de déjeuner hier avec Jean-Marc Ayrault à Matignon.

Elle avouait par ailleurs récemment aux micros de RTL qu’elle entretenait de bonnes relations avec le Premier Ministre, mais également avec son Ministre de l’Intérieur Manuel Valls qui est également un ex candidat à la primaire du PS, son Ministre du Redressement Productif, lui aussi ex candidat à la primaire du PS, Arnaud Montebourg et le Ministre du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, Michel Sapin, très proche de François Hollande.

 

 

 

Mission Chine!

Alors certes, Martine Aubry est chargée depuis l’été dernier par le Ministre des Affaires Etrangères Laurent Fabius d’une mission de diplomatie économique en Chine. Il est donc tout à fait normal qu’elle soit amenée à rencontrer un certain nombre de représentants de l’Etat français.

Puis quand on est Maire de Lille chez les Chtis depuis 2001, qu’on a été Ministre du Travail, de l'Emploi et de la Formation professionnelle de 1991 à 1993, puis Ministre de l'Emploi et de la Solidarité de 1997 à 2000, il est évident qu’après ça on est incollable sur la Chine, sa culture et ses pratiques commerciales.

 

 

 

Alors bref…

Martine Aubry, mise en examen, qui déjeune avec le Président de la République et son Premier Ministre à quelques jours de l’annonce de sa possible relaxe c'est un hasard.

Qu'il s'agisse d'un dossier dans lequel la juge qui l’instruit n’est pas certaine de pouvoir le mener à son terme en est un autre.
Que le Ministère de la Justice ait laissé entendre qu’il en serait terminé pour la juge Bertella-Geffroy dans cette affaire est également un autre hasard des plus complet.

 

Je n'ose dans tous les cas imaginer le procès d'intention qui aurait été fait à Nicolas Sarkozy s'il s'était agit d'un responsable de l'UMP ou d'une personnalité proche de la droite qui aurait été mis en cause de la même manière et qui serait à deux doigts d'être relaxé...


Martine-Aubry-amiante.jpg

Source image: mayotte.orange.fr

 

 

Pour insérer cet article sur Facebook notamment, respectez la démarche suivante:
- cliquer sur l'onglet gris "Plus"
- cliquer sur "Lien"

- copiez et coller le lien "Adresse simplifiée de la page" sur Facebook

Celui-ci devrait s'afficher correctement sur le réseau social

Tag(s) : #Divers

Partager cet article

Repost 0