Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sauve qui peut !

Il y avait l’orchestre sur le Titanic qui a continué de jouer jusqu’à ce qu’il n’en puisse plus, interrompu par la force des choses. D’un autre côté il y a les courageux conseillers de nos Ministres qui fuient les uns après les autres. Ont –ils peur de ne pas retrouver une petite place bien au chaud lorsque les français les auront gentiment poussés vers la sortie aux prochaines élections municipales et européennes ?

Qui sait…

Challenges vient de publier une liste des 10 cabinets de Ministres les plus touchés par la fuite des conseiller :

 

 

Numéro 1 :

Jean-Marc Ayrault, premier ministre : 9 départs.

 

Numéro 2 :

Marisol Touraine, ministre de la santé: 8 départs.

 

Numéro 3 :

Pierre Moscovici, ministre de l’Economie et des Finances: 8 départs.

 

Numéro 4 :

Christiane Taubira, ministre de la justice: 7 départs.

 

Numéro 5 :

Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif: 7 départs.

 

Numéro 6 :

Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes et porte-parole du gouvernement: 7 départs.

 

Numéro 7 :

Vincent Peillon, ministre de l’éducation nationale: 7 départs.

 

Numéro 8 :

Marylise Lebranchu, ministre de la réforme de l'Etat, de la décentralisation et de la fonction publique: 6 départs.

 

Numéro 9 :

9ème. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense: 6 départs.

 

Numéro 10 :

Cécile Duflot, ministre de l’égalité des territoires et du logement: 6 départs.

 

 

C’est pas moins de 71 conseillers sur un échantillon d’à peine 10 Ministères, tous indépendants les uns des autres, qui ont mis les voiles en l’espace d’à peine 21 mois de présidence PS-EELV. Soit en moyenne 3,4 défections par mois ! Enorme.

 

Gouvernement ayrault

 

Qu’est-ce qui explique une telle instabilité dans les cabinets Ministériels ? Pourquoi autant de départs en si peu de temps avec souvent à la clef un grâcieu reclassement pour celui devenu ex-Conseiller ? N’est-ce pas là une preuve que la gauche n’était absolument pas prête à gouverner et que, contrainte par le verdict des urnes, dans la précipitation, a composé des cabinets ministériels à la va-vite avant d’être rectifier aujourd’hui le tir ? Ou est-ce simplement des conseillers lucides qui ont compris que cette politique ne nous mène pas ailleurs que droit dans le mur et qu’ils ne souhaitent simplement pas y être associés, sous peine que cette ligne sur leur CV leur porte préjudice…

 

 

Allez savoir…

La seule chose qui est certaine c’est que cette valse des conseillers n’est certainement pas anodine et je doute que les nouveaux arrivants soient systématiquement opérationnels dès les premiers mois !

Tag(s) : #Les Ministreries

Partager cet article

Repost 0