Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il m'a récemment été recommandé de lire le 2nd roman de Jean-Sébastien Hongre, "Un père en colère", dont je tenais aujourd'hui à vous faire part.

 

Le dimanche je vous parle parfois de musique, plus rarement de voyages, occasionnellement de théâtre, fréquemment de ce blog et très rarement de certaines de mes lectures.

 

 

 

Le résumé du livre:

Et si c'était au tour des parents de se rebeller ?


« Un père en colère » : la révolte d'un homme dépassé par le comportement de ses enfants. Sa lutte pour reconstruire sa famille et renouer avec sa femme. Son cri pour raviver la tendresse dans le coeur de ses deux adolescents en dérive.


Une fiction à l'intrigue implacable, qui ne triche pas avec la réalité et qui creuse au fond de notre époque pour en extraire la voie de l'espérance.

 

 

 

Ce que j'en ai pensé:

Je vais vous en parler en toute honnêteté et en toute franchise.
De prime abord, le sujet ne m'a pas intéressé plus que ça parce que relativement différent de mes lectures traditionnelles qui sont vraiment beaucoup plus axées sur la politique. Pourtant, n'étant pas borné je me suis dit "Pourquoi, pas, ça te changera".


J'avais de gros à priori sur cet ouvrage et pensais qu'il ne serait qu'un recueil de bons sentiments, puant l'angélisme gauchisant bien-pensant qui, je dois le reconnaître, me gonfle sérieusement. Il n'en a rien été, au contraire. L'auteur démonte à merveille ces théories, sans vulgarité aucune, mais simplement par bon sens, exemples, logique et retour d'expériences.

 

Le livre est sombre et dès le départ le ton est donné. On sent la difficulté, la tristesse et on ne sait pas, jusqu'à la fin des 222 pages, comment l'histoire va se terminer. C'est un simple récit de vie d'un homme dont la vie a basculé. tout d'abord séparé de sa femme puis s'éloignant de ses enfants, l'homme s'en retrouve, par la force des choses, "obligé" de s'en rapprocher. Confronté à un système et à une difficulté qu'il ne comprend pas, ça n'est que bien tard que l'on saisit le pourquoi de ce quotidien où se mêlent petite délinquance et trafics.

 

L'auteur n'a pas peur d'égratigner la théorie bien pensante et à définir les choses avec les mots les plus appropriés.

"L'excuse sociale nous est servie depuis 30 ans et justifie l'inaction, au fond. Sociologues, "experts", politiciens, tous ont trouvé plus rassurant de justifier la dérive par le manque d'emplois et la ghettoïsation. Et ce n'est pas faux. Je dis simplement que tout n'est pas là et qu'en niant la responsabilité individuelle, la déshumanisation qui est née du consumérisme, on passe à côté de la vérité, qui est qu'une société ne tient que par ses individus et surtout ceux qui sont intègres et résistent au mal."

 

"C'est l'ultra-minorité qui impose sa loi par la force et l'intimidation, au prétexte qu'ils seraient les victimes du système"

 

Avec également une critique à mon sens assez juste de la pensée de gauche traditionnelle:

"ils ont le coeur sur la main tant qu'ils peuvent aller boire leur coup sur leur petite terrasse en refaisant le monde et en rêvant d'aller en Afrique faire de l'humanitaire, ou d'aller offrir un panier de fruits aux réfugiés de la dernière guerre à la mode... De l'humanitaire exotique..."

 

 

Et plein d'autres encore que je pourrai vous citer les unes après les autres et que j'ai pris le temps de relever.

 

 

Dernier petit détail et qui a sans doute son importance: je pense qu'être parent pour s'attaquer à ce bouquin c'est une occasion d'en saisir parfaitement le sens, puisque mêlé à l'émotion et à l'empathie. Je reste néanmoins persuadé d'en avoir parfaitement compris le contenu sans forcément être moi même papa.

 

D'autres infos par ici.

 

http://unpereencolere.fr/wp-content/uploads/2013/04/UnPereEnColere_3DVig-light-petitcopie.jpg

Tag(s) : #Médias - Culture

Partager cet article

Repost 0