Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nul besoin de longs discours…

Permettez-moi simplement de vous rappeler, après cette seconde dégradation de la note française par l’agence de notation Standar & Poor’s depuis l’élection de François Hollande, de porter à votre connaissance des propos lourds de sens.

 

 

Commençons par Jean-Marc Ayrault, en janvier 2012 :

« Les efforts du Premier ministre pour minimiser la dégradation du AAA de la France […] sont pathétiques. L’honneur d’un gouvernement est d’assumer ses échecs et d’en tirer les conséquences. M. Fillon a manqué à cette dignité. Toute son intervention a consisté à se défausser de ses responsabilités pour dénigrer François Hollande et l’opposition […].

 

Mais le plus accablant pour les Français est d’entendre le Premier Ministre leur dire que tout va continuer comme si de rien n’était.

 

[…]

 

Quand un pouvoir faillit à ce point, quand il est impuissant à rassurer son peuple, ses partenaires et les investisseurs, l’intérêt national est d’en changer maintenant. »

 

 

Si jamais il reste à cet individu une once d’honneur, qu’attend-il pour démissionner ?

 

Standard---Poors.jpg

 

Eduardo Rihan Cypel, porte-parole du Parti socialiste, a également de son côté fait preuve d’un très grand sens de l’humour :

« François Fillon a profité de l’annonce faite aujourd’hui par Standard & Poor’s de l’abaissement de la note de la France de AA+ à AA pour se livrer une fois de plus à une grossière instrumentalisation politicienne.

 

[…]

 

La Parti socialiste ne peut qu’appeler l’ancien Premier ministre à faire preuve d’une plus grande humilité et à se consacrer à l’inventaire de son action […] plutôt que de s’en prendre aux efforts déployés depuis un an et demi par le président de la République et le gouvernement pour redresser les comptes publics et créer les conditions favorables à la reprise économique tout en introduisant de la justice sociale. »

 

Au PS ils utilisent systématiquement les mêmes mots, justice sociale, réforme juste, effort juste, pour faire passer des textes à l’Assemblée Nationale qu’ils rejettent finalement au Sénat ! En fait chez eux tout est juste…

 

 

En regardant comment s’était comportée l’opposition du temps de Nicolas Sarkozy, je constate, navré, que les propos agressifs et haineux ont depuis laissé la place à des réponses plus softs, quand ça n’est pas directement au silence lui-même !

 

« Pierre MOSCOVICI déplore les jugements critiques et inexacts portés par l’agence de notation Standard and Poor’s. » Vous vous souvenez la phrase d’Ayrault sur le manque de dignité à assumer ses erreurs…

 

 

Vous noterez par ailleurs au passage que lorsqu’il s’agit de Leonarda, le Président de la République prend directement la parole… Mais lorsqu’il s’agit des intérêts financiers de la France, il envoie plutôt un Ministre !

 

 

En réalité, ceux qui hier donnaient des leçons font aujourd’hui font profil bas et adoptent exactement la même posture que celle qu’ils dénonçaient du temps où ils étaient opposants.

Comment voulez-vous accorder votre confiance à de pareilles girouettes, instinctivement guidées par l’opportunisme et la recherche du moindre petit propos qui pourrait faire parler d’eux ?

 

 

Finalement, je crois que le mot de la fin revient au Président de la République :

 

Tag(s) : #Casseroles du PS et de la gauche

Partager cet article

Repost 0