Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J’avoue ne pas comprendre ce qui a bien pu conduire François Hollande à nommer Manuel Valls Premier Ministre. Alors certes, l’ex-Ministre de l’Intérieur est l’un des Ministres les plus populaires du Gouvernement sortant et je reconnais également que nommer Manuel Valls à Matignon aujourd’hui c’est clairement lui couper l’herbe sous le pied pour la présidentielle de 2017. A l’inverse

 

 

Nul ne peut ignorer qu’un passage à Matignon est formateur et constitue pour tout homme politique ambitieux un solide bagage. Se griller pour aujourd’hui ne veut pas forcément dire l’être aussi pour demain. D’ailleurs souvent les politiques impopulaires hier deviennent, avec le temps et un certain sentiment de nostalgie, les politiques populaires d’aujourd’hui. Raté pour 2017 mais bien parti pour 2022.

 

 

A contrario, je n’envisage aucun retour sur la scène politique nationale de Jean-Marc Ayrault. Son passage éclair à Matignon lui garantira très certainement des facilités à l’avenir pour être placé sans trop avoir à se fatiguer et ce jusqu’à son dernier souffle s’il le souhaite.

 

 

A titre personnel je ne suis pas convaincu par la nomination de Manuel Valls.

Il est un excellent communicant. François Hollande aussi l’a été durant la campagne présidentielle. Normal pour des politiques ambitieux ou pris au piège d’un système dans lequel ils ne souhaitaient pas forcément tomber.

 

Passation-Valls-Ayrault.jpg

 

Dimanche dernier dans les urnes les électeurs de gauche ont envoyé un message qui à mon sens était pourtant clair. Ils sont déçus par l’absence de résultats issus de la politique de cette majorité et souhaitent un véritable virage à gauche. Le Président de la République affirme avoir entendu le message. Si tel est le cas, pourquoi avoir nommé le seul homme au Parti Socialiste qui incarne un courant libéral ? Toute proportion gardée ; au sein des militants tout simplement.

 

 

Je ne pense pas trop me risquer en annonçant que cette nomination à Matignon va faire des vagues et qu’elle va contribuer à fortement diviser la gauche.

 

 

Le premier tour des municipales n’a été qu’un séisme pour le Parti Socialiste et le second une très forte réplique. La vague dévastatrice, véritable réponse du peuple à sa classe politique, devrait très probablement arriver le 25 mai 2014, à l’issue des élections européennes. Cette lame balaiera d’un coup, d’un seul, comme l’a été le 21 avril 2002, la gauche toute entière qui n’aura pas d’autre choix que de repartir de zéro. Manuel Valls échappera, peut-être, à ce cataclysme.

 

 

 

Source image: Libé

Tag(s) : #Ce que j'en pense...

Partager cet article

Repost 0