Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La crise syrienne serait-elle en train de trouver une issue?

Fort probablement si l'on en croit les dernières informations qui nous sont parvenues.

 

 

Finalement, nous ne pouvons que nous réjouir du fait que la France ne se soit pas lancée dans une nouvelle guerre.

Pourtant, ça n'était pas la première fois que la question d’une intervention militaire de notre armée se posait et prêtait à de vifs débats. Il n’y a pourtant pas si longtemps que ça un Député disait d’ailleurs dans une configuration sensiblement similaire à celle que nous avions connu ces dernières semaines…

 

 

« L’échec de votre politique économique, l’erreur du paquet fiscal, la dérive préoccupante des déficits, le plan de rigueur dont vous n’osez même pas prononcer le nom, la réforme de l’Etat aussi improvisée qu’injuste et surtout les manquements répétés à votre engagement de campagne sur le pouvoir d’achat… Autant de sujets qui expliquent, 1 an après votre accession à la direction du pays, la perte de confiance qui s’est installée chez nos concitoyens et les profondes inquiétudes qu’ils nourrissent à l’égard de votre politique.

 

 

Et pourtant, nous avons voulu placer notre débat de censure sur les graves décisions que le Président de la République vient de prendre à l’occasion du sommet de l’OTAN à Bucarest , aussi bien sur l’engagement de nos forces en Afghanistan que sur le retour de la France dans le commandement intégré de l’OTAN. »

 

 

« Dans toute démocratie digne de ce nom, de tels arbitrages auraient été rendus après un vaste débat public et un vote solennel du Parlement. »

 

(…)

 

« Certes, vous avez daigné mardi dernier –sous la pression de l’opposition mais aussi du Président de cette Assemblée- organiser une information du Parlement. Mais, vous avez refusé de conclure ce débat par un vote, alors que rien dans la Constitution ne vous interdisait de le faire. Cette désinvolture à l’égard du Parlement pourrait justifier à elle seule la motion de censure. Mais elle présente aujourd’hui un autre sens. Celui de la clarté . »

 

(…)

 

« Cette décision est à la fois fâcheuse et inopportune. »

 

(…)

 

« Cette dérive avait été, jusque-là, rejetée par la France hostile à l’idée d’un gendarme d’un monde occidental bien pensant . Elle est aujourd’hui acceptée par le Chef de l’Etat. (…) Or, la France est bien plus qu’un pays occidental. (…) Et si notre pays reste l’ami et l’allié des Etats-Unis, ami ne veut pas dire soumis ; et allié ne veut pas dire aligné. »

 

 

« Voilà pourquoi le Parlement devait être saisi de ces choix. Pour les approuver ou pour les rejeter. En tout cas, pour alerter les Français. »

 

 

« Il n’appartient pas au Président de la République de décider seul de notre politique étrangère et de défense. Le domaine réservé ne peut être un domaine exclusif. »

 

 

François Hollande, Premier Secrétaire du PS et Député de Corrèze.

Motion de censure

Assemblée nationale

mardi 8 avril 2008

 

 

 

 

Le texte a certes été raccourci mais sans que son fond n’ait pour autant été déformé. Il est d’ailleurs consultable dans son intégralitéici.

 

 

Pour comprendre le sens de ce billet, je vous invite très simplement à remplacer les mots « Afghanistan » et « OTAN » par « Syrie » pour constater que l’on s'est dernièrement retrouvé dans une configuration où celui qui dénonçait il y a cinq ans une pratique est entre temps devenu le premier à l’imposer à sa majorité ainsi qu’à ses opposants…

 

Revanche, mépris ou grosse boulette ?

Quoi qu'il en soit, et ce grâce aux Russes et aux Syrieins, nous nous en sortant bien... Au moins pour cette fois...

 

Motion-censure-PS-Hollande-Afghanistan-OTAN.jpg

Tag(s) : #Citations et reprises médias

Partager cet article

Repost 0