Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cette enquête mensuelle de l’IFOP, qui vient corroborer toutes les autres récemment publiées, nous apprend quelque chose qui ne devrait pas nous laisser insensible. Certes l’indice de popularité de François Hollande et Jean-Marc Ayrault ne cessent de baisser, mais ça n’est pas tout !

Commençons tout d’abord par les traditionnels chiffres et graphiques.

 

François Hollande sifflé champs elysées

 

 

François Hollande

Indice de popularité en février 2014, suivi de la tendance sur 1 mois:

* Très satisfaits: 2 (=)

* Plutôt satisfaits: 18 (-2)

* Plutôt mécontents: 39 (+2)

* Très mécontents: 40 (=)

* Ne se prononcent pas: 1 (=)

Indice-popularite-hollande-janvier-2014.jpg

 

 

Jean-Marc Ayrault

Indices de popularité en février 2014, suivi de la tendance sur 1 mois:

* Très satisfaits: 1 (-1)

* Plutôt satisfaits: 25 (+1)

* Plutôt mécontents: 43 (=)

* Très mécontents: 28 (=)

* Ne se prononcent pas: 3 (=)

Indices-de-popularite-ayrault-fevrier-2014.jpg

 

 

Jusque-là, vous me direz que tout ceci n’est qu’une succession de chiffres. Vous avez raison, sauf qu’en lisant les chiffres entre les lignes, on s’aperçoit que…

 

 

Pour François Hollande :

« Politiquement, la situation est particulièrement difficile puisque les trois quarts des sympathisants du Front de gauche (75% exactement) se disent mécontents, et qu'il en va de même des deux tiers des sympathisants Europe-Écologie-Les Verts (69%). Au PS, on s'approche progressivement de la moitié (44% de mécontents). »

 

 

Pour Jean-Marc Ayrault :

« Fondamentalement, les raisons de mécontentement restent les mêmes : prioritairement sociales (aggravées dans certains secteurs par les craintes sociétales ou les réactions aux péripéties conjugales). Mais, surtout, l'opinion ne voit rien venir. « J'ai l'impression qu'on n'avance pas », dit un jeune employé auquel fait écho un jeune cadre : « II n'y a pas de résultats ressentis au quotidien. » »

 

 

Ce qui amène l’IFOP à cette conclusion :

« Jamais sous la Vème République un président et son gouvernement n'ont abordé des élections locales aussi difficilement. On voit mal comment ce mécontentement record ne se traduirait pas en mars par une participation différentielle plus mobilisatrice à droite, plus démobilisée dans sa mouvance socialiste. La seule chance de la gauche gouvernementale, c'est l'abondance des prétendants au bénéfice du vote sanction : droite parlementaire, Front national, Front de gauche. »

 

 

Vous êtes prévenus… Et eux aussi !

Tag(s) : #Les Hollanderies

Partager cet article

Repost 0