Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

… Alors qu’ils ont en moyenne progressé de 37,7% sur l’intégralité de l’Union Européenne.

Parmi les pays bénéficiaires de cette bulle d’oxygène, l’Allemagne, où les nouveaux investissements étrangers ont quadruplé rien que sur un an, ou encore l’Espagne et l’Italie.

 

 

Jusqu’à présent, l’Allemagne ne s’en sort pas trop mal. L’Espagne sort tout doucement la tête de l’eau, là où l’Italie semble avoir pris quelques mesures courageuses pour éviter, ou au moins limiter, son propre naufrage.

 

 

En France, rien.

 

 

Automatiquement on est amené à en déduire que la perte d’intérêt pour notre pays caractérisée par le désintérêt de nouveaux investisseurs étrangers n’est pas liée à la conjoncture difficile que nous traversons, mais au manque d’attractivité et à l’image que renvoie notre pays.

Ca se comprend.

 

Bercy.JPG

 

Entre une puissance syndicale qui ne cesse de dévaloriser le travailleur français de par son conservatismes et son jusqu’auboutisme, parfois violent et dangereux, une majorité de gauche dont la plupart des  membres ne connaissent du privé que les ragots qu’ils ont entendu un jour devant la machine à café, une politique fiscale qui n’est qu’un mélange de rackets et de confiscations et des annonces politiques qui ne vont jamais au-delà de la simple annonce, ce naufrage était à prévoir.

 

 

La France n’intéresse plus.

 

 

Pourtant la France ne cesse de critiquer les politiques appliquées par ses pays voisins, notamment l’Allemagne, alors qu’elle est pourtant bien incapable de rivaliser. Et les chiffres le prouvent. Là où d’autres ont enfin compris que si on voulait avancer il fallait faire dans le pragmatisme, chez nous on en est encore au stade du dogme et de l’idéologie atemporelle.

 

 

Et pourtant à Bercy, on tempère… Pas d’affolement…

Normal…

 

 

 

Source image: paris1900.lartnouveau.com

Tag(s) : #Les Ministreries

Partager cet article

Repost 0