Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les semaines passent et finissent bien malheureusement par se ressembler dans l'émission hebdomadaire de Laurent Ruquier sur France 2, "On n'est pas couché", à tel point qu'on finit par zapper.


Les audiences de début de saison étaient plutôt encourageantes puisque pas loin de 2,5 millions de téléspectateurs étaient chaque samedis soirs devant leur poste de TV. Mais au fil des mois ces audiences se sont érodées et ont fini par évoluer en dents de scie sans vraiment se stabiliser.

 

Doit on y voir les premiers signes d'une lassitude des téléspectateurs par rapport au concept même de l'émission?



Ne serait il pas tant pour la clique à Ruquier de se poser les bonnes questions?

 

N'ayant pas réalisé de sondage d'opinion avant de vous exposer ce point de vue, je vais donc simplement vous faire part de la manière dont je perçois les choses en tant que téléspectateurs de droite.


Il y a bien sûr le non remplacement de Jonathan Lambert, qui apportait un petit plus dans l'émission.


Et il y a aussi Natacha Polony qui a mis de longs mois avant de se trouver un style et d'imposer sa marque. Elle a (enfin) compris qu'imiter le style d'Eric Zemmour allait finir par lui faire perdre tout crédit.

 

Mais il y a aussi, et surtout, une Audrey Pulvar qui au fur et à mesure de la saison a d'abord posé ses marques et imposé son style, pour au bout de quelques mois devenir de plus en plus agressive à l'égard de ses invités.

 

Ceci démontre au passage les limites de sa tolérance à l'égard de quelqu'un qui ne partage pas son point de vue au mot près; le paradoxe des gens de gauche puisque c'est pour défendre cette sensibilité là qu'elle a été embauchée par l'animateur !



Mais pour Audrey Pulvar les choses sont claires: elle est payée à dire si elle aime ou si elle n'aime pas!

 


Du coup si elle aime on l'entend à peine mais s'arrangera toujours pour trouver quelque chose à redire pour occuper l'espace et si elle n'aime pas, elle cherchera le petit détail qui lui permettra de démarrer les hostilités à l'encontre de son invité.

C'est là une très habile manière de détourner l'attention du téléspectateur de l'ensemble de l'oeuvre présentée pour ne se focaliser que sur quelques mots auxquels elle souhaite parfois donner un sens qui n'est pas celui que l'auteur lui donnait initialement.

 

Technique plutôt fourbe utilisée principalement par des personnes cherchant à attaquer un individu parce qu'il est ce qu'il est, du fait qu'elles rejettent ses idées bien souvent sans même se donner la peine de les écouter de manière la plus neutre qu'il soit.

 

Une forme de sectarisme, de pensée unique, de dictature de la pensée dont la seule motivation est bien souvent d'obtenir l'adhésion et l'affection d'un groupe d'individus pensant et fonctionnant de la même manière.

Une méthode selon moi plutôt écoeurante et indigne de quelqu'un se revendiquant d'être journaliste et exerçant sur le service public, qui lui logiquement se doit d'adopter la plus grande neutralité dans le traitement de l'actualité quelle qu'elle soit.

 

C'est cette semaine le Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, Laurent Wauquiez qui fait les frais de cette haine non dissimulée qu'a Audrey Pulvar à l'égard de la droite en général.(voir la vidéo ici bas)

 

Quel est réellement le but d'Audrey Pulvar lorsqu'elle adopte cette posture?

 

Faire son travail de critique?

 

Jouer un rôle pour provoquer le clash, puis ensuite faire le buzz?

 

Se construire une notoriété et ainsi imposer ses marques dans l'univers supra narcissique de la télévision?

 

Se faire la porte parole d'une sensibilité politique dont elle véhicule largement les idées tous les matins à 06hs13 sur France Inter dans son Edito?

 

Comment peut elle prétendre être de gauche et adopter une telle posture relevant d'un tel niveau d'intolérance et de rejet de l'autre?

 

 

A procéder de la sorte on ne peut que constater qu'Arnaud Montebourg et Audrey Pulvard se sont bien trouvés ! 

L'une est quadra et cherche à imposer sa marque à la TV et l'autre est quinqua et cherche à imposer sa méthode au Parti Socialiste.

 

Si Laurent Ruquier souhaite réellement maintenir son émission à l'antenne, il lui faudra tôt ou tard reconsidérer la manière dont les invités sont reçus sur son plateau puisque finalement la situation actuelle est, et je suis le premier à le penser et à l'appliquer, ce qui fait que le téléspectateur se lasse du concept de l'émission.

 


Avoir la version féminine, aussi agréable soit elle à regarder mais moins à écouter, d'un Edwy Plenel toutes les semaines pour défendre la pensée de la gauche, ça en devient usant.

 

Tag(s) : #Médias - Culture

Partager cet article

Repost 0