Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Face à une polémique, légitime, naissante, le Président de la République n’avait pas d’autre choix que celui de s’excuser publiquement. Ca n’est malheureusement toujours pas chose faite.

 

 

En votant pour François Hollande, les français cherchaient un Roi mais n’ont eu en échange que son bouffon. Un amuseur public bon qu’à faire des petites blagues, parfois plus que douteuses…

 

 

La couverture médiatique de l’incident a été pour ainsi dire quasiment inexistante en France. Le dérapage présidentiel n’a fait la Une d’aucune presse et n’a motivé aucune réaction indignée des associations françaises de lutte contre le racisme.

 

 

Peut-on tout autoriser à ce Chef de l’Etat sous prétexte qu’il est de gauche ?

 

 

Du point de vue des médias français et des associations françaises, oui.

Fort heureusement, la presse algérienne et le peuple algérien ont réagi, suivis par le Ministre algérien des Affaires Etrangères. A croire que la presse algérienne, contrairement à la presse française, a compris que le racisme n’est ni de gauche, ni de droite. Comme la connerie, c’est universel et il n’appartient pas aux médias de décider de ce qui doit être dénoncé ou non.

 

 

J’avoue avoir également beaucoup de mal à composer avec le silence (complice ?) du spécialiste du point Godwin, j’ai nommé Harlem Désir.

 

 

Autre point étonnant, le Président de la République exprime des « regrets » sur l’interprétation qui a été faite de ses propos, mais ne regrette pas ses propos, ce qui sous-entend qu’il les maintient.

Bien évidemment, aucun média ni aucune association française ne réagit. Normal.

 

 

Pourquoi lorsqu’un Président Socialiste de la République française dérape, absolument personne ne lui tombe dessus, en France ? Quelle société sont-ils en train de nous préparer ?

Curieux manque d’impartialité.

 

François Hollande sifflé champs elysées

Tag(s) : #Les Hollanderies

Partager cet article

Repost 0