Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Progressivement l'homme prends conscience de la problématique de la gestion de l'eau, liée partiellement au réchauffement climatique amorcé.

Le constat est clair de toutes parts; l'augmentation de le température moyenne à la surface du globe aura pour conséquence d'accroitre les risque d'inondations mais également de sécheresse en été.

 

Des décisions et que des mesures doivent être prises dans le but de parer au maximum à ces aléas climatiques en en limitant l'impac sur les populations.


Quand le climat chauffe en montagne, c'est la plaine qui trinque


Le réchauffement planétaire mettra à rude épreuve la gouvernance de l'eau en montagne, thème d'un congrès organisé en septembre prochain à Megève. Appelée en renfort : la directive-cadre sur l'eau, pour l'instant peu perméable à ce thème.

 

 

''Ce sont les gens de la plaine qui risquent d'être les plus concernés par le problème du changement climatique en montagne''. C'est ainsi que le directeur général de l'Office international de l'eau (OIEau) et secrétaire du Réseau international des organismes de bassin (RIOB), Jean-Francois Donzier, a résumé jeudi 1er juillet les enjeux de l'urgence d'une ''nouvelle gouvernance de l'eau en montagne''.

Près de 500 personnes de toute l'Europe aborderont ce thème au cours du troisième Congrès international des hauts bassins versants organisé du 22 au 24 septembre prochain à Megève (Haute-Savoie).

Même si les conséquences du réchauffement climatique en montagne commenceront à se faire sentir à l'horizon 2040, ''le phénomène est déjà sur les rails'', selon Jean-François Donzier. En un siècle, la température moyenne des Alpes a augmenté de 1,5 à 2° C. Bien plus qu'à l'échelle planétaire (entre 0,7 et 0,8°C) ou européenne (+ 1,2°C). Depuis 1980, les glaciers ont perdu 20 à 30% de leur volume. La tendance devrait s'accroître, avec 70% de pertes supplémentaires en volume d'ici 2080.

Or, ''tous les grands fleuves européens prennent leur source en montage''. Les Alpes assurent ainsi 34% du débit moyen du Rhin, 40% de celui du Rhône et 53% de celui du . D'ici 2100, le réchauffement climatique devrait faire grossir les débits de ces fleuves de 20% en hiver, les réduire de 17% au printemps, et jusqu'à -50% en été

En d'autres termes : les populations vivant dans les plaines seront soumises à des risques croissants d'inondation en hiver, de sécheresse en été.

 

Lac-d-Aumar--Pyrenees-.jpg

Lac d'Aumar (Pyrénées)


En renfort, la directive-cadre sur l'eau
Erosion, impacts sur l'activité économique et la navigation fluviale, compétition croissante pour des usages de l'eau contradictoires - canons à neige en hiver, eau potable, refroidissement des centrales nucléaires et thermiques à flamme, irrigation, sports nautiques – seront les principaux défis que devra prendre une nouvelle gouvernance de l'eau en montagne.

Obstacle supplémentaire : la plupart des fleuves européens sont transfrontaliers. Les organisateurs de ces Etats généraux de l'eau en montagne n'entendent pas se laisser submerger . Ils entendent recourir au texte fétiche des acteurs du secteur : la directive-cadre sur l'eau.

Mais le texte est d'abord destiné à résoudre des problèmes d'ordre écologique. ''Plusieurs objectifs vont se télescoper en 2012 lors de la révision de la DCE : la stratégie européenne sur la sécheresse et la rareté de l'eau, présentée fin 2007 par la Commission européenne, ainsi que l'articulation entre DCE et changement climatique. Ces thèmes pourraient être intégrés dans les plans de gestion 2015-2020'', a indiqué Claire Grisez, de la direction de l'eau au ministère de l'environnement.

Secrétaire général de l'Association européenne des élus de montagne (AEEM), Nicolas Evrard estime que ''les Alpes [pourraient être] candidates à une expérimentation européenne''.

Côté français, la gouvernance de l'eau en montagne pourrait être abordée dans le cadre du renouvellement des concessions hydroélectriques d'ici 2015. ''Il sera important de considérer le poids de l'hydroélectricité dans les énergies renouvelables françaises, de la trame verte et bleue et de l'impératif qui nous est donnés par la DCE de 66% de masse d'eau en bon état écologique en 2015'', juge Henri Nayrou, président de l'Association nationale des élus de la montagne (Anem).

Victor Roux-Goeken

 

Le programme de la conférence

http://www.riob.org/spip.php?article1238

 

Lien source

http://www.actu-environnement.com/ae/news/changement-climat-montagne-limites-gouvernance-eau-10606.php4

Tag(s) : #Ecologie - Développement Durable - Environnement

Partager cet article

Repost 0