Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La date anniversaire du retour au pouvoir de la gauche triomphante approche à grands pas. C’est l’occasion de dresser les tous premiers bilans des performances de cette nouvelle majorité, à laquelle les français n’avaient pas accordé leur confiance depuis 1997.

 

 

S’il est une réalité incontestable, c’est que la France est entrée depuis l’année 2008 dans une crise grave et profonde dont on sait désormais qu’il lui faudra plusieurs années pour en sortir. S’il est une toute autre réalité elle aussi incontestable, c’est celle de la statistique nationale.

 

 

Les derniers chiffres relatifs à l’économie française pour l’année 2012 ont paru en fin de semaine dernière. Compte tenu de l’imminence du long week-end de Pâques et de l’hiver persistant, les français n’en ont probablement que très peu entendu parler !

 

 

Chômage, pouvoir d’achat, dette et déficit publics ; où en sommes-nous aujourd’hui et pouvons-nous réellement dresser un premier bilan des mesures prises par cette nouvelle majorité de gauche ? L’exercice du pouvoir aujourd’hui ne demande pas le même effort que du temps de Lionel Jospin, où l’économie et la croissance mondiales prospéraient dans des cieux qui aujourd’hui laissent rêveurs.

 

 

Un des éléments représentatif de l’état de santé d’un pays est la côte de popularité de son exécutif. En l’occurrence, il se trouve qu’après 10 mois de présidence, François Hollande est le Président le plus impopulaire de toute l’histoire de la Vème République ; record historique.

 

 

Lorsque l’on demande aux français pourquoi un tel désaveu, ils répondent en grand nombre qu’ils ne le sentent pas à la hauteur d’assumer sa fonction.

 

 

La dette française est plus forte que prévue et le niveau du déficit public frôle les 90,2% ; bien au-delà des 60% imposés par Bruxelles. Dans son programme de campagne, François Hollande prévoyait une dette à 4,5% que l’INSEE a établi il y a peu à 4,7% du PIB pour 2012. L’objectif des 3% pour la fin 2013 est enterré dans la foulée et un nouveau plan de rigueur pourrait se profiler.

 

 

Le taux de chômage ne cesse de croître, allant probablement jusqu’à atteindre un niveau historiquement élevé d’ici la fin de l’année. François Hollande maintient son idée d’une inversion de la courbe avant la fin 2013. On appelle ça de la communication politique.

 

 

La baisse du pouvoir d’achat a été sérieusement entamée par les multiples hausses d’impôts décidées depuis mai dernier. L’INSEE est formelle : du jamais vu depuis 1984, année durant laquelle le Président de la République et son Premier Ministre étaient aussi du PS. Hasard ?

 

 

François Hollande avait promis qu’il maintiendrait le taux d’imposition des français à un niveau comparable à celui de la majorité sortante. Onze mois plus tard, on sait que le taux de prélèvements obligatoires devrait atteindre en 2013, sur la base d’une année pleine, les 46,3% contre 43,9% pour la majorité sortante en 2011.

Pouvons-nous affirmer que la politique de François Hollande est une réussite ?

 

 

Non, assurément non.

 

 

Les mauvais chiffres de l’année passée, dette, déficit et chômage auront un impact sur les politiques de 2013 et sans doute celles de 2014. Les hausses d’impôts qui ont détruit le pouvoir d’achat des français continueront en 2013, suivies par une hausse des TVA en 2014. A voir pour 2015 !

 

 

François Hollande promettait que le changement s’appliquerait dès maintenant.

 

 

Battre tous les mauvais records en matière d’économie est de toute évidence le seul changement que les français connaissent. Malgré nous, on peut dire que François Hollande a tenu sa promesse…

 

 http://mediavox.blob.core.windows.net/mediavox-wp/2013/04/President-record.jpg

 Source: Mediavox.fr

 

Tag(s) : #Citations et reprises médias

Partager cet article

Repost 0