Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pendant que les français sont atterrés de découvrir chaque jour un peu plus l’état désespéré dans lequel se trouve leur pays, on apprend un peu par hasard que nos Ministres subissent visiblement beaucoup moins les effets dévastateurs de la crise que le petit peuple qui a permis à cette majorité de décrocher les pleins pouvoirs.

 

 

Exit le fiasco (prévisible ?) de la primaire UMP de Paris qui, comme par hasard aura occupé toute l’actualité du week-end et place à la vrai info : en l’espace d’un an, le Gouvernement a gonflé les effectifs dans ses cabinets de… 8% ! Visiblement c'est pas la crise pour tout le monde!

 

 

Le 1er août 2012, nos Ministres déclaraient avoir à leurs côtés 525 collaborateurs.

En mai 2013, nos Ministres déclarent 571 collaborateurs, soit une hausse de 8% sur à peine 10 mois !

 

 

Qu’est-ce qui peut bien justifier une telle hausse des effectifs, par ailleurs composée à 40% d’ENArques ? Le Gouvernement n’a pourtant engagé aucune réforme de fond sur les 12 mois qui viennent de s’écouler, ni aucune réforme structurelle, ni même amorcé une quelconque mutation transcendante de la vie des français.

 

 

Pourquoi une telle démarche ?

Plus les mois sont passés, plus la situation de la France s’est aggravée. Plus les mois sont passés, plus le nombre d’effectifs dans les cabinets Ministériels ont augmenté. Ce qui instinctivement conduit à faire ce bilan qui veut que plus le nombre de collaborateurs Ministériels a augmenté, plus la situation de la France s’est dégradée.

 

 

Est-ce réellement une bonne chose pour la France ?

J’attends la preuve par les chiffres…

 

 

Alors certes, Matignon reconnaît cette hausse mais tempère en voulant nous faire croire qu’il était désormais nécessaire de terminer la composition des cabinets, mais aussi que de nouveaux dossiers avaient été attribués aux Ministres et que la charge de travail s’était accrue.

 

 

Posture étonnante, voire incompréhensible et incohérente quand on sait qu’initialement le Premier Ministre avait imposé entre 10 et 15 collaborateurs par cabinet. Aujourd’hui, sur 39 d’entre eux, 15 ne se tiennent pas à ces objectifs.

 

Effectif-cabinet-ministres.jpg 

Parmi les moins sobres, il y a l’éolienne du Redressement Dégressif : Arnaud Montebourg.

Les fermetures d’usines se succèdent et avec elles disparaissent les espoirs nés des promesses du candidat Hollande qui tendaient à laisser croire que d’un coup de baguette magique il allait sauver la Terre entière !

Et là je ne vous parle même pas des 22 « Délégués au Redressement Productif » qu’à fait nommer en Régions Arnaud Montebourg… Niveau sobriété on a connu plus efficace !

A quoi sert alors finalement la BPI de Ségolène Royal et n’y-a-t-il pas un doublons avec les structures déjà existantes et censées être dévouées à l’aide aux entreprises ?

 

 

Autre promesse définitivement enterrée, celle de la parité !

Alors certes, le Gouvernement est composé de plus de femmes que d’hommes, mais sur les 4 Ministères régaliens, trois sont occupés par des hommes. Les femmes sont comme par hasard reléguées à la santé, aux personnes âgées, à la famille, aux handicapés, à la culture, au tourisme, à l’éducation populaire et j’en passe…Si ça c’est pas du machisme ordinaire !

Sur l’intégralité des membres qui composent ces cabinets Ministériels, à peine 32% d’entre eux sont des femmes… Et à peine 10% le sont dans les postes clés… Pas étonnant quand on sait qu’elles appartiennent à un Gouvernement qui semble considérer que le rôle d’une femme Ministre doit uniquement se cantonner à la Santé et aux personnes âgées !

Phallocratie ordinaire…

 

 

L’amitocratie n’est bien évidemment pas en reste...

Au-delà du taux élevé de nouveaux ENArques et d’anciens de la Cour des Comptes (univers par lequel était passé François Hollande et bon nombre de ses Ministres), on retrouve à nouveaux quelques « potes » et « proches de » qui se sont vus attribuer de jolis postes.

 

Daniel Agacinski, beau-fils de cet illustre inconnu qu’est Lionel Jospin est au cabinet de Vincent Peillon, pendant que Jean-François Boutet, réputé intime de Christiane Taubira est son Conseiller spécial, Laurent Olléon, le mari de la Ministre Fleur Pellerin est directeur adjoint au cabinet de Marylise Lebranchu, Stéphane Sitbon-Gomez, militant Vert depuis 14 ans est passé chez Cécile Duflot et Bertrand Dubois, Girondin comme Michèle Delaunay est devenu son Chef de cabinet.

 

 

En somme, tout va bien et il n’y a absolument rien d’anormal dans la République Bananière Socialiste Française… Et quel intérêt de diminuer le salaire des Ministres si c'est pour en augmenter leur nombre par rapport à la précédente mandature et qui plus est, augmenter le nombre de leurs collaborateurs en cabinets?

 

Source infos et image: SudOuest.fr

Tag(s) : #Les Ministreries

Partager cet article

Repost 0