Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La journée de lundi aura été particulièrement compliquée sur le plan de l’emploi ; actualité néanmoins occultée par la priorité du moment des journalistes, à savoir la mise en examen de Stéphane Richard ainsi que l’argent liquide qu’aurait touché Claude Guéant.

Pas certain que les français aient les mêmes préoccupations.

 

 

 

Pourtant cette journée de lundi était une journée noire sur le front de l’emploi.

Vers le milieu, fin de matinée, le groupe Michelin annonce la suppression de 700 postes sur les 930 que compte son usine de Joué-lès-Tours. Un peu plus tard, en début d’après-midi, c’est au tour du groupe Mahlé-Pistons d’annoncer la fermeture de son site de production de Colmar en Alsace, avec à la clef 270 emplois supprimés d’ici fin mars 2014. Plus tard dans l’après-midi, les salariés de Virgin apprennent que le tribunal de Commerce de Paris a rejeté les deux seules offres de reprises du groupe, signifiant une perte d’emploi pour 960 salariés. En à peine quelques heures, ce ne sont pas moins de 1 930 salariés qui ont appris qu’ils allaient pouvoir se chercher un travail ailleurs.

 

 

 

Je ne suis pas là pour déterminer les responsabilités d’un tel ou d’un autre puisqu’en pareil cas il est très difficile de désigner un seul individu comme responsable. S’il est pourtant au moins un point commun à chacune de ces annonces de licenciements, c’est un coût du travail trop élevé par rapport à une rentabilité qui s’est considérablement effondrée ces dix dernières années.

 

Michelin michel sapin PS

 

Michelin ne laisse néanmoins pas ses 930 salariés sur le carreau.

La production de pneus pour camions est certes abandonnée sur le site de Joué-lès-Tours, mais cela ne signifie pas pour autant la fermeture de l’usine puisque 200 salariés devraient continuer d’y travailler sur place au sein d’une nouvelle activité de fabrication de tissus métalliques et de membranes en caoutchouc. Environ 250 autres devraient bénéficier d'un aménagement de fin de carrière, pendant que les 480 salariés restants devraient se voir proposer deux postes correspondants à leurs compétences sur un autre site de Michelin en France.

 

 

 

Comme me l’a fait remarquer si justement un internaute sur le réseau social Twitter, il aurait été préférable de traiter le problème bien en amont pour ne pas en arriver à cette finalité. Malheureusement, faute d’avoir réussi à anticiper, autant traiter le mal pour le mieux une fois qu'il n'est plus possible de revenir en arrière.

Ces mesures ne sont certes pas la panacée, mais entre 930 chômeurs supplémentaires et 480 salariés qui se verront proposer deux autres postes, le choix du bon sens est vite fait !

 

 

 

Là où je suis surpris, ou au moins qu’à moitié, c’est dans l’attitude Michel Sapin, Ministre du Travail qui a si brillamment déclaré aux micros de France Inter : « Il ne faut pas qu’il y ait un salarié de chez Michelin qui se retrouve chez Pôle-Emploi. »

Propos qui fait un peu style « Yakafokon »… facile d’arriver une fois que le train est passé et de dire comment les choses doivent se passer ! C’est avant, bien en amont, qu’il aurait fallu réagir. Maintenant c’est trop tard…

 

 

Mais faute d’avoir pu éviter ces licenciements, le gouvernement semble tenter tant bien que mal de rattraper le coup en cherchant à laisser croire aux français qu’il a parfaitement compris le problème et qu’intransigeant comme il est à l’égard de ces salauds de patrons qui ne pensent qu’aux profits, il ne laissera pas faire…

Et c’est ainsi depuis le démarrage de la campagne électorale pour la Présidentielle d’il y a un an… Des mois que le PS promet tout et que finalement il n’est responsable de rien… Si des ex-salariés de chez Michelin se retrouvent chez Pôle-Emploi, je ne suis pas certain que Michel Sapin ira les chercher… En tous cas, que le Ministre se rassure, le patron de Michelin ne l'a pas attendu pour prendre des initiatives en matière de reclassement.

 

 

 

La réponse du PDG de Michelin à l'arrogance de Michel Sapin et l'arrivisme de bon nombre de membres du Gouvernement:
Tag(s) : #Ce que j'en pense...

Partager cet article

Repost 0