Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Décidément... Il ne fait vraiment pas bon d'être ministre de l'Intérieur et d'aller à la rencontre des habitants de quartiers difficiles qui ont récemment été le théâtre de violences urbaines et autres faits tout aussi graves!

 

Manuel Valls en a fait l'amer expérience lorsqu'il s'est rendu jeudi soir à Mulhouse, où s'était déroulé il y a quelques jours une attaque par des mineurs d'un tramway au cocktail molotov. Arrivé sur les lieux, le ministre a eu droit à son comité d'accueil, avec caméras, journalistes... Et jeune du quartier!

 

 

Le jeune:

- Vous venez, vous repartez! Ca sert à quoi que vous venez? Vous venez pour le tramway et vous repartez ça sert à quoi?

- Mais écoutez... Vous voulez que je reste toute la nuit ici?... Mais vous me verrez cette nuit ici!

- Revenez... Revenez, regardez et vous verrez. ca sert à rien; tout ce que vous faites ça sert à rien c'est tout!

 

 

Manuel Valls agacé:

- Oui.... Mais ça c'est un discours... C'est un discours qui est insupportable. Il est inacceptable. J'aimerai vous entendre... Heu... C'est qu'on balance des cocktails molotov...

- Ch'suis d'accord avec vous!!

Et le ministre de reprendre ses esprits:

- ... et qu'on arrête aussi des mineurs. ce qui est inacceptable c'est qu'on a aussi failli tuer des sapeurs pompiers! Ce qui est inacceptable c'est qu'on s'attaque à des policiers. Ce qui est inacceptable c'est que les gens ont peur!

 

 

Puis Manuel Valls hausse le ton, ce qui a pour effet d'empêcher son interlocuteur de s'exprimer. S'en suit un cafouillage qui perdure jusqu'à ce que le jeune se permette cette évidente mais triste vérité:

- C'est inacceptable qu'on nous laisse crever dans notre merde!

- La peur doit reculer!

- Vous êtes pas là! Vous êtes où?

- Non parce que...

 

 

Simplement inaudible et incompréhensible; les deux hommes parlent en même temps. Le jeune a certes sa manière de s'exprimer mais on sent dans son discours et on remarque dans son attitude qu'il est bien loin d'être un imbécile et que ce qu'il dit, ça vient des tripes.

http://www.lanouvellerepublique.fr/var/nrv2/storage/images/contenus/articles/2013/01/11/mulhouse-manuel-valls-pris-a-partie-par-un-jeune/24186780-1-fre-FR/Mulhouse-Manuel-Valls-pris-a-partie-par-un-jeune_reference.jpg

 

En reprenant le dessus, provisoirement, sur la conversation, le ministre tacle le jeune avec une maladresse mais surtout une arrogance incompréhensible, en faisant également la grosse voix:

- Oui mais ça c'est le discours, vous êtes content de le dire...

- Ouai tu parles c'est des discours; on n'est pas des victimes nous!

 

 

Le jeune visiblement écoeuré fait un pas en arrière, désabusé.

 


Le ministre voit que son interlocuteur semble abonner et de par son statut de représentant de l'Etat, il ne peut pas laisser la conversation s'achever ainsi. Il enchaîne du coup en répétant sa leçon qu'il avait savamment apprise, comme un bon petit soldat:

- Vous n'êtes pas des victimes?!!??? Les emplois d'avenir, l'éducation, la lutte contre le chômage, aider les quartiers à s'en sortir...

- Bah aidez-nous... Aidez-nous!

 

 

Incompréhensible; ils parlent l'un sur l'autre, puis Manuel Valls reprend encore une fois le dessus:

- C'est ce que le gouvernement et les élus font! C'est ce que le gouvernement et les élus font! Mais en revanche, ceux qui brûlent, ceux qui cassent, ceux qui font peur aux gens, les trafics de drogue, ça c'est inacceptable...

- Bah écoutez!

- Ca c'est inacceptable!

- Quand on veut se faire entendre vous n'êtes pas là!

 

 

Et Valls de continuer son discours tout en n'écoutant pas un seul mot du jeune homme:

- Nous n'accepterons pas! Hein!

- Ils ont jeté un cocktail molotov et vous êtes venu!

- Oui je suis venu! (dit-il tout fièrement) 

- Quand on veut se faire entendre vous n'êtes pas là!

- C'est un discours de victime là que vous êtes en train d'avoir...

- Non mais voilà Ok d'accord......

 

 

Le jeune semble dépité après la caricature que le ministre vient de faire de ses propos... Qui en profite pour l'accabler encore plus!

- Vous cherchez des excuses!

- Moi je veux pas des excuses. Moi je vous dit vous êtes pas là!           

 

 

Et Manuel Valls de continuer à parler en même temps que le jeune homme:

- Vous cherchez des excuses! Moi je n'accepte pas ça!

 

 

Sous la droite, quand un jeune commettait un acte de délinquance, les socialistes considéraient cet individu comme une victime de la société qu'il ne fallait surtout pas accabler. Maintenant que la gauche est au pouvoir, elle adopte à l'égard de ces jeunes exactement la même attitude que celle de la droite, alors qu'il y a un an ces mêmes propos auraient été inacceptables s'ils avaient été tenus pas Brice Hortefeux, Nicolas Sarkozy ou Claude Guéant.

 

 

Et le jeune de continuer, profitant d'un blanc du ministre:

- Y a rien qui change! Y a rien qui change!

- Ce qui change c'est qu'on n'acceptera pas de tels agissements; croyez moi!

- Moi non plus!

- Aucun agissement et pas de menaces parce qu'ici c'est l'ordre Républicain!

- Mais c'est pas nous!

- L'ordre Républicain il est nécessaire pour lutter contre le chômage, et pour la réussite scolaire et je connais les chiffres, ici, de l'échec scolaire...

 

 

Le jeune dépité ne s'acharne plus; visiblement il a compris que ça ne servait à rien de discuter avec le ministre puisque celui ne semblait vouloir lui reconnaître aucune vérité. Cette scène se déroule très rapidement en à peine plus d'une minute.

 

 

Manuel Valls est incisif, coupe souvent la parole à son interlocuteur et ne le laisse pas s'exprimer. Malheureusement le désarroi se lit sur le visage de ce garçon dont on sent la frustration qui est la sienne de ne pas arriver à trouver les mots qu'il faut pour être enfin entendu, cru mais surtout considéré par le ministre.

 

 

C'était pour Manuel Valls une occasion de s'affirmer et d'affirmer qui il était et cette occasion il l'a ratée en beauté... Son agressivité à l'égard de ce jeune est le reflet parfait de l'état de difficulté dans lequel il était... Ou tout du moins c'est comme ça que je le perçois!

 

 

Je peux vous garantir que du jeune et du ministre, c'est très largement le jeune qui a le discours plus construit, le plus vrai mais aussi et surtout le plus sincère et le plus en phase avec la réalité...

Ce qui ne me semble pas être le cas de l'homme de la Place Beauveau...

 

Source: FranceTVInfo.fr

Source image: lanouvellerepublique.fr

Tag(s) : #Vidéos