Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'affaire Cahuzac n'en finit plus de détruire la gauche et avec elle, de ruiner tous les espoirs qu'avaient placé les militants, sympathisants et électeurs socialistes en François Hollande.

A l'heure qu'il est, les désistements doivent se faire nombreux et le parti de la rue de Solférino doit probablement perdre de nouveaux militants à chaque instant.

 

 

Je n'ai jamais cru en la gauche et en ses belles paroles.

Je suis trop grand pour croire au Père Noël et plus assez naïf pour croire qu'il existe quelque part en ce bas monde des gens plus blancs que blancs.

Je ne crois pas aux moralisateurs et humanistes auto-proclamés qui bien souvent se servent de ces argumentaires pour mieux vous endormir et ainsi mieux magouiller dans votre dos. Celui qui se sait doué ne se sent en aucun cas le besoin de le proclamer puisqu'il sait que son talent finira par être reconnu. Si tel n'est pas le cas, il reste néanmoins en phase avec lui même et ça le contente largement.

J'ai compris qu'en politique il n'y avait pas les bons d'un côté et les mauvais de l'autre, que le système ne pouvait pas fonctionner de manière binaire et qu'entre le pragmatisme et l'idéologie, il y avait un choix à faire.


 

 

La journaliste Audrey Pulvar, femme de gauche, s'est récemment livrée avec talent à une critique de ce qu'était la gauche d'aujourd'hui, suite à l'embrasement de l'affaire Cahuzac:.

 

"On a l'impression de revenir aux heures sombres du 1er et du 2ème septennat de François Mitterrand. Premier septennat déjà marqué par des affaires, le 2ème c'était vraiment le chant du signe, 95, 95 on pataugeait dedans en permanence. Pour quelqu'un comme moi qui a 41 ans et tous les gens de ma génération qui ont entre 40 et 50 ans, on a l'impression d'avoir été cocufié par la gauche depuis 30 ans. Moi j'étais Place de la Bastille en 1981. C'est à ce moment là que j'ai compris ce que la politique pouvait changer dans la vie des gens. J'ai cru que les socialistes allaient changer la vie, c'est ce qu'ils avaient promis. Or depuis 30 ans, ils n'ont cessé de nous décevoir. Ils n'ont cessé de nous cocufier. Ils n'ont cessé de nous mentir. Et aujourd'hui, je me dis, bon, François Hollande, que peut-il faire à part parler? Il va parler tout à l'heure... Il va certainement condamner, enfin voilà... Mais ça ne suffit pas!"

 

 

Qui  de mieux placer pour parler de la gauche française et du PS français, que ceux qui y ont cru?

 

 

 

Je vous recommande au passage d'écouter cette intervention du journaliste de Mediapart Fabrice Arfi qui a révélé cette affaire Cahuzac. C'est consternant...

 

 

Tag(s) : #Vidéos

Partager cet article

Repost 0