Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mieux vaut tard que jamais !

Après avoir passé des années à exiger de la droite qu’elle impose des hausses de salaires sans jamais se poser la seule question de savoir d’où viendrait l’argent servant à financer ces hausses, l’ancienne opposition de gauche devenue entre-temps la nouvelle majorité découvre enfin la problématique franco-française liée à ce coût trop élevé du travail…

 

 

Je dois dire que j’avais pratiquement perdu espoir…

Ceci dit, j’ai bien conscience que ce Gouvernement a besoin d’un temps qui peut parfois vous paraitre très long, uniquement pour prendre conscience des choses… Je vous rappelle qu’il n’a découvert la crise qu’à la rentrée dernière, en septembre 2012, alors que les français la subissaient déjà depuis 4 ou 5 ans…

 

 

Mon billet de ce jour fait suite à ce propos du Président du MEDEF, Pierre Gattaz :

« Il y a une ouverture qui nous a été faite, intéressante, c'est la baisse du coût du travail. (…) Le Premier ministre nous a tendu la main sur une réflexion concernant la protection sociale et le coût du travail (…) pour les semaines à venir et dans le cadre du PLFSS (budget de la Sécurité sociale), c'est-à-dire pour fin septembre, pour voir si, en parallèle de cette réforme des retraites, nous pourrions baisser le coût du travail de façon significative. (…) Mais ça ne reste qu'une hypothèse. (…) Vous savez que nous avons 50 milliards de trop de cotisations patronales et salariales sur le coût du travail. »

 

Jean-Marc-Ayrault-cout-du-travail-MEDEF.JPG 

 

Néanmoins, ne vous réjouissez pas trop vite…

La majorité semble avoir découvert seulement hier cette problématique du coût du travail élevé ; de là à ce qu’elle prenne ses dispositions pour que les entreprises puissent l’abaisser de manière significative, il peut y avoir encore un temps relativement long qui pourrait se compter au minimum en années…

Il est également nécessaire de ne pas perdre de vue que cet argent qui ne sera pas prélevé sur le travail, devra bien trouver une autre source de financement ; le Premier Ministre a indirectement reconnu que le coût du travail en France est cher mais n'a pas pour autant promis qu'il allait diminuer les dépenses de l'Etat... Autrement dit, ce qui est gagné d'un côté sera forcément compensé de l'autre : TVA, impôts, taxes, etc...

 

 

Il est toujours intéressant de remarquer comment la gauche qui était il y a quelques dizaines de mois encore dans l’opposition, s’approprie aujourd’hui à son compte les argumentaires avancés en son temps par les libéraux de droite, qu’elle combattait par ailleurs…

 

 

Encore un bon coup de rabot sur les minimas sociaux et un coup d’arrêt franc à l’assistanat et enfin les choses pourront repartir d’elles-mêmes. La notion de redistribution tant chérie et idéalisée par les pourfendeurs de l’idéologie de la jalousie et de l’envie, se mettra naturellement en place sans qu’aucun des partis n’ait le sentiment d’être floué…

 

Source image: RFI.fr

Tag(s) : #Casseroles du PS et de la gauche

Partager cet article

Repost 0