Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Certes les émissions politiques de France Télévision sont de plus en plus à la peine, au point de ne même plus arriver à mobiliser deux millions de téléspectateurs, mais rajoutez à cela un mauvais choix et un mauvais invité et vous obtenez un fiasco en matière d’audience.

 

 

C’est ce qu’il s’est produit hier soir alors que la première chaîne du service public invitait l’ex-Premier Ministre Manuel Valls, accessoirement en tête dans les sondages sur la course à la primaire de la belle alliance populaire. (ce nom débile n’est pas de moi…)

 

 

A titre personnel je n’ai pas regardé l’émission.

Il faut dire que depuis le temps, je pense qu'on a un peu compris comment Manuel Valls avait l'air de fonctionner. Avant-hier il a dit un truc. Hier il a fait l’exact opposé en t’expliquant le bien-fondé de sa démarche et demain il t’expliquera qu’en fin de compte il a encore changé d’avis, pour revenir à son point de départ, avant de t’expliquer après-demain que finalement s’il l’a fait (ou pas) contre l’avis de tous, c’est parce que c’est de la faute des autres…

 

 

Et c’est de cette manière-là que le socialisme creuse le lit de l’extrême droite en France depuis 40 ans. Et ce quinquennat en sera la plus parfaite des illustrations. Mitterrand avait (je pense) contribué à faire émerger le FN. Lionel Jospin l’avait placé sur une rampe de lancement (21 avril 2002). François Hollande et ses acolytes sont (au vue des dernières élections) en train de préparer sa mise sur orbite de manière durable.

 

 

Puis bon… Paraît-il que Manuel Valls se place « au cœur des progressistes »

Branlette sémantique habituelle de la gauche qui dans la réalité, il me semble, ne veut strictement rien dire… On peut tous s’approprier des valeurs… Après, ce qui fait la différence, c’est ce qu’on met dedans… Et tant qu'on ne l'a pas précisé explicitement...

 

 

Puis si continuellement se foutre de la gueule des français en ajustant son discours au gré des vents contraires c’est être progressiste, dans ce cas-là, excusez-moi, mais ce type de progressisme je préfère m’en passer !

 

 

Pour moi, Manuel Valls c’est du vent. De l’esbroufe. Des postures. Des convictions qui s’ajustent au gré des vents et marées. Un peu comme Laurent Wauquiez. Quelqu’un dont je pense qu'il n’a ni colonne vertébrale ni épine dorsale. Exister. C’est tout ce qui compte. Marquer le coup. Imprégner les esprits. Frapper fort. Faire parler de soi.

 

 

L’intérêt de la Nation… Celui des français… On dirait que ça passe bien après… Si pas directement à la trappe d’ailleurs. Qu'avons-nous fait pour mériter aussi peu de considération ? Fort heureusement, j'ai le sentiment (qu'enfin) les français ne pas/plus dupes...

Source image: http://www.20minutes.fr/politique/1990591-20170105-emission-politique-manuel-valls-estime-impose-49-3

Source image: http://www.20minutes.fr/politique/1990591-20170105-emission-politique-manuel-valls-estime-impose-49-3

Tag(s) : #Divers

Partager cet article

Repost 0