Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’émergence d’une toute nouvelle forme de fascisme, en opposition totale avec les valeurs qu’il prétend pourtant défendre : le pluralisme et la libre expression démocratique.

 

 

Une fois de plus les chantres de la tolérance se sont fait prendre à leur propre piège… Ils ne cessent de porter en étendards, comme s’il s’agissait pour eux d’un faire-valoir, des idéaux auxquels eux-mêmes sont bien incapables de s’astreindre.

 

 

Que dire de plus…

C’est clairement pour ça que je ne suis pas et ne serai jamais de gauche. Pour moi la parole a un sens, une valeur, un poids. La cohérence aussi. On ne peut pas dans un sens prôner des idéaux et dans l’autre s’asseoir dessus à la moindre occasion, tout en faisant usage d’une haine verbale (quand elle n’est pas physique) totalement disproportionnée et en opposition totale avec les valeurs de Fraternité, d’amour et de paix entre les peuples que fait pourtant valoir cette nuée d’utopistes…

 

 

Je ne suis pas un partisan des théories de Finkielkraut, que je n’écoute d’ailleurs pas plus que ça, mais je pense que l’on ne peut pas prétendre vouloir construire un monde nouveau, meilleur, en confiant la parole uniquement à des individus dont les idéaux vont dans le même sens que ceux des participants à ce mouvement. Très franchement, le moins que l'on puisse dire c'est que pour l'exercice de démocratie directe, franchement c'est mal barré ! Et lorsque je dis ça, je pense notamment au fait que Yannis Varouflakis, ex-Ministre des Finances grec, a été accueilli en héros ce week-end Place de la République alors qu’il a été éjecté du Gouvernement de Tsipras parce que sa bêtise et son acharnement allait entraîner la faillite de l’Etat grec… (ou au moins la précipiter puisqu’elle est inéluctable)

 

 

D'ailleurs juste en passant... Il a facturé combien en honoraires l'ex-Ministre grec ? La question a plus que le mérite d'être posée, y compris de savoir qui aurait éventuellement payé, car nul n'ignore que cet illustre économiste facture la moindre de ses conférences plusieurs dizaines de milliers d'euros... Combien ? Payés par qui ? Silence...

 

 

Si l’on veut refaire le Monde, comme ce que prétendent vouloir faire les chignons et les cheveux gras qui occupent la Place de la République, on se doit de prendre en compte toutes les forces de proposition quelles qu’elles soient… Et ne pas opérer au contraire une sélection basée sur une forme de ségrégation au motif que cet idéal ne correspond pas à celui défendu par cette majorité de squatteurs. Des postures sectaires qui décrédibilisent le mouvement… Une posture anti-démocratique en opposition totale avec les valeurs défendues et pourtant affichées par un mouvement qui se prétend être universaliste et ouvert à tous.

 

 

Mais violent aussi parce que depuis l’avènement de ce regroupement d’utopistes, Paris est une ville souillée où règne le désordre. Quid de l’Etat d’Urgence ? Où est passée l’autorité de l’Etat français ? A la trappe pour laisser émerger une force de gauche éventuellement profitable à l’actuelle majorité dans l’hypothèse où l’actuel Président de la République se qualifierait pour le 2nd tour en 2017 ?

Un calcul politicien fort risqué…

 

 

Le laxisme des autorités fait que Paris est devenue, à l’international, une ville qui souffre de son image : attentats, délinquance, saleté, insécurité et j’en passe…

 

 

L'expulsion d'Alain Finkielkraut samedi soir de la Place de la République à Paris démontre que Nuit Debout, qui se présente comme un mouvement démocratique se voulant être un lieu de réflexion ouvert à tous dans la perspective de créer un monde meilleur est tout, sauf ce qu'il dit être. On est dans le délit de faciès. Dans un comportement équivalent à celui qui créé le racisme contre lequel je ne doute pas un seul instant, Nuit Debout se dit opposé.

 

 

La vitrine est alléchante mais une fois entré dans la boutique, on déchante très vite…

Une nouvelle forme de fascisme, le terrorisme de la pensée. Une dérive sectaire issue de la combinaison de la pensée unique avec la "bien-pensance", dont on connaît tous déjà l'étendue des dégâts causés par l'une et par l'autre en France depuis 40 ans.

 

 

Nuit debout est un mouvement politiquement orienté, sectaire et à la solde de l'extrême gauche violente et haineuse. Il se veut être sans leader et pourtant ceux qui en sont aujourd’hui les grands orateurs seront les apparatchiks de l’extrême gauche de demain. Nuit Debout n’est qu’une pâle copie, plutôt ratée, de ce qu'ont été d’autres mouvements d’extrême gauche en Europe ces dernières années, tels que Syriza en Grèce et Podemos en Espagne... L'attente du grand soir qui lorsqu’il était enfin arrivé s’est systématiquement soldé par des lendemains qui déchantent et de violentes gueule de bois dont les peuples ne se sont toujours pas remis.

 

 

Que l’Etat mette fin à son petit calcul politicien et qu’il rétablisse au plus vite l’ordre dans nos rues. La France est censée être sous le coup d’un Etat d’Urgence avec une menace terroriste inédite (si j’en crois le Premier Ministre). Pourtant on tolère qu’à quelques centaines de mètres des lieux des attentats de novembre dernier, une foule puisse se rassembler tous les soirs et mobiliser des forces de l’ordre qui pourraient être affectées ailleurs. Allô la gauche… On se réveille ?

 

 

Où alors c'est bien là tout simplement la preuve qu'en France il n'y a plus aucun pouvoir et que chacun peut l'exercer comme bon lui semble sur son petit carré de pelouse...

Source image: http://www.ouest-france.fr/societe/nuit-debout/le-grec-varoufakis-la-nuit-debout-paris-4167189

Source image: http://www.ouest-france.fr/societe/nuit-debout/le-grec-varoufakis-la-nuit-debout-paris-4167189

Tag(s) : #Ce que j'en pense...

Partager cet article

Repost 0