Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je sais très bien ce que vont me reprocher mes détracteurs mais à ça je leur répondrai simplement que mon propos reflète ma pensée qui sur ce point est strictement identique à celle du Ministre Michel Sapin formulée hier aux micros de LCI, propos que je vais d’ailleurs vous reporter dans leur intégralité :

- Je pense qu’il y a eu une volonté, ou une absence de volonté, de la part de certains responsables politiques. Peut-être par envie de bien faire. Peut-être par sentiment que pour permettre une meilleure intégration il faut laisser des communautés se développer

- Par angélisme, par naïveté aussi ?

- Peut-être aussi une forme de naïveté. Donc nous savons et la France le sait peut-être plus encore que d’autres, parce que la République elle n’est pas faite de la juxtaposition de communautés, elle est faite de l’intégration des communautés. Donc nous savons plus que d’autres que ça n’est pas la bonne solution et que lorsqu’un quartier, hier éventuellement aujourd’hui, hier, est en danger de se communautarisé, on doit agir. On doit agir par les politiques de la ville, on doit agir par une politique d’intégration, par l’école, par la langue.

 

 

Un propos auquel un Ministre Belge lui a répondu, en substance, qu’avant de regarder ce qu’il se passait ailleurs, mieux valait balayer devant sa propre porte. Signe que pour une fois, le Ministre français a tapé juste, là où ça fait mal. Il n’empêche que le Ministre Belge n’a pas tout à fait tort puisque cette incrédulité de la classe politique belge dénoncée par Michel Sapin est exactement la même qui a permis en France les attaques terroristes de 2015.

 

 

Il ne faut pas oublier qu’Amedy Coulibaly et que les frères Kouachi sont nés en France, ont grandi en France, ont fréquenté l’école de la République et à qui on a inculqué ces valeurs qui font la grandeur de notre pays, se sont retournés contre leur propre pays et tout ce qu’il symbolise. Une réalité qui aurait dû légitiment ouvrir un débat en France sur le rôle de la classe politique dans cet échec de l’intégration/assimilation des descendants d’immigrés. Malheureusement par un simple coup de baguette magique, la situation a été retournée de telle sorte à ce que le principal responsable de cette situation soit la radicalisation, sans tenir compte du cadre de vie et du quotidien qui a été celui de ces terroristes, avant qu’ils ne se radicalisent et qu’ils passent à l’acte. Là où le sage montre la Lune, l’imbécile regarde le doigt…

 

 

Molenbeek serait d’après ce qu’on en lit un quartier de Bruxelles où la population de confession musulmane serait fortement concentrée. Au départ les politiques belges (socialistes) ont favorisé le regroupement communautaire, par pur esprit clientéliste. Puis ces territoires ont été laissés à l’abandon. La précarité s’y est développée, les trafics en tous genres aussi et même le trafic d’armes. Plutôt que de frapper fort, la classe politique belge a joué la carte de la médiation, pensant acheter la paix sociale. Surtout ne pas faire de vagues. Et c’est ainsi, de fil en aiguille, que Molenbeek est devenu le centre névralgique de nombreuses attaques terroristes qui ont frappé l’Europe ces dernières années. (Madrid, Paris, etc…)

 

 

Alors certes… Pour l’instant nous ne savons pas d’où viennent les terroristes qui ont frappé durement la Belgique hier ni s’ils ont un lien ou non avec la filière des attentats parisiens. L’enquête qui se poursuit le dira. Mais cela ne doit pas pour autant permettre d’occulter la responsabilité de la classe politique belge dans ce qui nous arrive et peut-être le saurons-nous d’ici peu, dans ce qui lui arrive.

 

 

Certains quartiers en France semblent suivre la même trajectoire que celle qui a conduit Molenbeek à devenir ce qu’il est aujourd’hui. Sauf qu’en France, comme très certainement en Belgique, on répète exactement les mêmes erreurs. Et on le sait qu’on se trompe. Pire. Toute velléité de soulever ce débat depuis 40 ans est systématiquement remisée par une classe politique qui sous couvert de bons sentiments nourrit elle-même ce même communautarisme que déplore pourtant Michel Sapin et qu’il rend responsable de l’escalade de la dérive terroriste d’un petit coin de Belgique.

 

 

Je profite de l’occasion pour en appeler également au bon sens et à la modération de notre classe politique, notamment notre exécutif, qui se dit en guerre contre le terrorisme. Non la France n’est pas en guerre contre le terrorisme. Tout juste a-t-elle lâché quelques bombinettes sur l’EI, pour le style, au lendemain des attentats de novembre dernier, puis depuis plus rien. Etre en guerre implique des dispositions et des adaptations particulières, or ça n’est absolument pas le cas. La France lutte contre le terrorisme, oui, mais elle n’est pas en guerre. Nuance. Je sais que le terrorisme est un business bancable pour cet exécutif en déliquescence, mais cela ne doit pas justifier pour autant toutes ces opérations de communication hasardeuses et macabres.

 

 

Arrêtons les charognards avant qu’ils aillent trop loin.

 

 

Il y a quelques semaines, la classe politique belge fermait certaines de ses frontières avec la France pour éviter d’avoir à subir ce fléau devenu ingérable à Calais que sont tous ces migrants qui occupent l’espace public et qui tentent de rallier l’Angleterre. Florian Philippot affirme que pour se protéger du terrorisme, la France doit fermer ses frontières. La Belgique a fermé les siennes. Qu’est-ce que ça a empêché ? Rien… Marion Maréchal Le Pen affirme que si le FN avait été aux affaires, les attaques de novembre dernier n’auraient peut-être jamais eu lieu.

 

 

Et si ma tante en avait, on l’appellerait mon oncle.

 

 

La récupération politique ça va 5 minutes mais à un moment donné il devient impératif de recouvrer la raison. Les français ont en 2012 élu François Hollande, un mec à qui jamais aucun éminent socialiste n’a souhaité confier un Ministère ou un Secrétariat d’Etat. Il a été élu parce que les français ont cru en ses promesses ; des promesses qui sont l’aboutissement d’une inexpérience totale de l’exercice du pouvoir que les français ne peuvent depuis que constater (et subir) quotidiennement.

 

 

Les français ont fait cette erreur en 2012 et ont fait perdre 5 précieuses années à la France. Pourquoi la répèteraient-ils en 2017 en choisissant le Front National ?

Source image: http://www.zinfos974.com/Attentats-en-Belgique-8-Francais-parmi-les-blesses-dont-3-grievement_a99070.html

Source image: http://www.zinfos974.com/Attentats-en-Belgique-8-Francais-parmi-les-blesses-dont-3-grievement_a99070.html

Tag(s) : #Ce que j'en pense...

Partager cet article

Repost 0