Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous sommes le mercredi 28 octobre 2015, sur le vol TO 3503 de la compagnie française Transavia, qui assure la liaison Heraklion- Orly. Il est aux environs de 12h30 (heure locale) lorsque l’avion prend son envol. Je suis assis au rang 23, siège E.

 

 

Le service à bord démarre quelques dizaines de minutes après le décollage.

 

 

Le personnel, une hôtesse et un steewart, arrive à ma hauteur. Je choisis la formule à 9€ : baguette jambon emmental + boisson non-alcoolisée + boisson chaude. Pas de chance pour moi, il n’y a plus de sandwich au jambon. Je me rabats donc sur le double wrap saumon. (je n’en ai jamais mangé)

 

 

Surveillant depuis plusieurs mois mon alimentation, je regarde la composition du produit que je viens d’acheter et que je ne connais pas. Celui-ci contient diverses choses (effrayantes pour certaines), dont notamment du jus de citron… Sauf que je fais une intolérance alimentaire au jus de citron… (hé oui)

 

 

J’en informe donc le steewart et l’hôtesse de l’air, qui acceptent volontiers de m’échanger le produit, sauf qu’il ne leur reste plus grand-chose… Je me résous donc à prendre ce qu’ils appellent le « club poulet ».

 

 

Je demande à ce moment-là à l’hôtesse, l’unique personnel de cabine féminin de ce vol, si le sandwich contient du citron ou du jus de citron, ce à quoi elle me répond aussi sèchement que fermement : « Je n’en sais rien Monsieur ». Une façon de faire qui transcende avec celle de son collègue masculin, plutôt serviable. En survolant par moi-même la liste des ingrédients, je n'ai aperçu aucune trace de jus de citron.

 

 

Régime obligeant, je regarde la composition de mon sandwich, où je découvre que celui-ci contient du « filet de poulet cuit saumuré Halal 17% ». Face à la pauvreté de l’offre de Transavia alors que le vol est programmé durant un horaire de repas, je me résous à me contenter de ce qu’il y a. (cf image ci-dessous)

Source image: photo perso

Source image: photo perso

Ce qui me dérange, c’est qu’à aucun moment le personnel de Transavia ne m’a informé que le sandwich qu’il venait de me servir (par défaut puisqu’il n’y avait plus ce que je voulais et que je fais une intolérance alimentaire à l’autre qu’ils me proposaient) était en réalité un repas que l’on peut considérer comme étant confessionnel.

 

 

Personnellement je m’en fiche qu’on serve du Halal ou pas. Ce qui me dérange, c’est qu’on impose une nourriture confessionnelle aux gens sans les en informer, alors que celle-ci est dictée par le Coran, volume de la loi Sacrée qui ne correspond ni à mes origines, ni à ma culture, ni à ma confession religieuse.

 

 

Je respecte parfaitement les convictions religieuses des autres ; là n’est absolument pas le problème, mais dans ce cas, en retour, on doit respecter les miennes (égalité de traitement entre tous). Cela n’a pas été le cas sur ce vol.

 

 

 

Qu’une compagnie aérienne cherche ou pas à faire le jeu du communautarisme, c’est un choix que je me garderai bien de juger ; les lois du business sont parfois impénétrables. Faire le jeu des communautés n’a néanmoins jamais été mon créneau et il n’y a aucune raison que cela commence aujourd’hui. Et encore moins contraint.

 

 

Ce que je n’accepte pas, c’est l’absence apparente d’information et/ou de formation du personnel de bord sur la nature de la nourriture qu’il sert quotidiennement aux passagers des vols de la compagnie.

 

 

J’ignore ce que dit la législation sur le devoir d’information des services de restauration concernant les repas confessionnels ; mon problème n’est pas juridique il est éthique. Moral.

 

 

Mon vol s’est très bien passé. Jolie vue sur Dubrovnik et l’île de Lokrum, à l’aller comme au retour, et à peine quelques turbulences sporadiques ici où là. Je regrette simplement l’absence d’amabilité de l'unique hôtesse de l’air du vol, le fait que l’on serve des plats confessionnels aux gens sans les en informer (cf image ci-dessous) et que de toute évidence, le personnel de bord méconnaît totalement les produits qu’il vend chèrement !

Source image: photo perso

Source image: photo perso

Attendons de voir quel sera le premier imbécile à vouloir mettre la poussière sous le tapis en jouant la carte de la diabolisation...
J'ai déjà ma petite idée mais dans le genre, ils sont assez nombreux à faire preuve d'un manque cruel d'ouverture d'esprit... On a tous nos limites... Surtout "eux".

Tag(s) : #Divers

Partager cet article

Repost 0