Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je lisais ce matin tranquillement un communiqué du Parti Socialiste, qui se targuait d’être à l’initiative des mesures ayant favorisé la diminution de la pauvreté en France sur l’année 2013, allant même jusqu’à pousser le vice à affirmer que « le pouvoir d’achat des plus pauvres augmente alors que celui des plus riches est à la baisse. En d’autres termes, sous la gauche les inégalités diminuent. »

 

 

Laissez-moi rire.

 

 

Il n’y a guère besoin de pousser trop loin pour comprendre la supercherie. En fait, j’ai compris grâce à la gauche qu’on pouvait faire dire ce qu’on voulait aux chiffres… Pour ce faire, il suffit de connaître les leviers à activer pour orienter la statistique dans la direction qui vous est la plus profitable.

 

 

Hé oui… Ni plus ni moins que du petit calcul politicien. Sur le dos des plus démunis évidemment… N’est pas de gauche qui veut !

 

 

Paraît-il que les inégalités diminuent. Ca ne semble pas faux.

D’après l’INSEE, l’augmentation du niveau de vie « est principalement due à la hausse des revenus d’activité des actifs occupés. En effet, même si le taux d’activité des personnes les plus modestes est resté stable, ces dernières ont, selon l’enquête Revenus fiscaux et sociaux, bénéficié d’une hausse de leurs revenus salariaux, sous l’effet d’une augmentation des heures travaillées sur l’année. »

 

 

Comprenez par-là que si les inégalités reculent, c’est avant tout grâce aux revenus du travail pour les plus pauvres et à la baisse des revenus du capital pour les plus riches, du fait de la crise financière.

Quelqu’un peut-il m’expliquer en quoi la gauche est à l’initiative de tout ça ? Pourtant elle s’en félicite !

Allez y comprendre quelque chose… Toutes les supercheries sont bonnes à exploiter à quelques semaines d’échéances locales cruciales pour la survie du PS !

 

 

Paraît-il également que le taux de pauvreté recule… Pas complètement faux.

Explications de l’INSEE : « Le taux de pauvreté monétaire s’élève en 2013 à 14,0 % de la population, contre 14,3% en 2012. Cette évolution s’accompagne d’une hausse du niveau de vie médian des personnes pauvres, qui atteint 802 euros par mois en 2013 pour 788 euros en 2012 (en euros constants) […]. Le repli entre 2012 et 2013 s’explique en partie par la revalorisation de certaines prestations destinées aux plus modestes : RSA et allocation logement. Il fait suite à une hausse de 2,1 points entre 2008 et 2012. »

 

 

En résumé, j’ai comme l’impression que la gauche réduit la pauvreté en accroissant la dépendance à l’assistanat. Pas très Républicain comme comportement pour ces démocrates auto-proclamés qui prétendent être du côté des progressistes. En réalité sous couvert de bienfaisance, la gauche accroît le saupoudrage clientéliste et électoraliste en pratiquant l’aumône, alors qu’on sait tous très bien que l’aumône abaisse celui qui la reçoit pour élever celui qui la donne…

 

 

Bref…

Si la pauvreté recule dans la statistique, c’est uniquement parce que la majorité a augmenté les minimas sociaux et en a donc probablement accru la dépendance. Par ailleurs j’ai beaucoup de mal à comprendre comment ces gens qui se disent de gauche peuvent se réjouir d’une baisse de 0,3% de la pauvreté, sachant que celle-ci concerne 14% de la population française, soit un français sur sept.

 

 

Mais bon… Cherchez pas… Eux ils sont contents… Et n’en ont même pas honte !

Source image: http://www.businessbourse.com/2015/08/16/21-de-la-population-belge-a-risque-de-pauvrete-et-dexclusion-sociale/

Source image: http://www.businessbourse.com/2015/08/16/21-de-la-population-belge-a-risque-de-pauvrete-et-dexclusion-sociale/

Tag(s) : #Casseroles du PS et de la gauche

Partager cet article

Repost 0