Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il n’y a qu’en France que la gauche archaïque n’a pas encore compris que ça n’est pas en assommant les français et les entreprises d’impôts qu’elle arrivera à relancer la consommation, les exportations et donc la croissance…

 

 

Là où en France la gauche privilégie les réformes sur la forme, la gauche italienne, elle, a compris que ce qui doit primer en période de difficultés c’est avant tout les réformes de fonds.

 

 

Ne nous voilons pas la face.

Après la Grèce, l’Italie est le second enfant malade de l’Europe, tout comme l’est l’Espagne, à la différence près que Madrid voit son chômage baisser et son économie repartir, alors que l’Italie a bien du mal à sortir la tête hors de l’eau.

 

 

Le miracle Renzi n’aura pas duré bien longtemps.

 

 

En fait je dois reconnaître qu’ils m’amusent même si sur le fond ils me désespèrent tous ces petits idéologues de gauche qui se font élire en vomissant leur rhétorique du parfait petit gauchiste de base et qui une fois confrontés à la réalité de l’exercice du pouvoir, n’ont pas d’autre choix que de continuer, pour ne pas dire accentuer, les réformes prises par leurs prédécesseurs ; après les avoir bien évidemment dénoncées et combattues…

 

 

Dans ce genre il y a évidemment Matteo Renzi, mais aussi Alexis Tsipras et bien évidemment François Hollande.

 

 

En réalité ce qu’il se passe d’un point de vue politique dans ces 3 pays démontre bien toute l’absurdité et l’incohérence qu’il peut y avoir à porter la gauche au pouvoir puisque dans le contexte qui est le nôtre, il n’y a aucune place pour des dogmatiques et des idéologues ; le pragmatisme et l’intérêt général devant primer avant tout.

 

 

Mattéo Renzi a annoncé pour 50 Mds€ d’économies d’impôts échelonnées sur 3 ans.

 

 

Cela commencera en 2016 avec la suppression de la Tasi et de l’Imu, qui équivalent notre taxe foncière sur l’habitation principale, les terrains agricoles et les bâtiments industriels, pour un montant d’environ 5 Mds €.

 

 

Suivra en 2017 une baisse de l'impôt sur les bénéfices des sociétés, ainsi qu’une réduction de l’Irap (impôt appliqué à la masse salariale qui décourage les entreprises d'embaucher), qui viendra s’ajouter à celle déjà en vigueur cette année. Le gain estimé est d’environ 15 Mds €.

 

 

Ensuite en 2018, les particuliers pourront bénéficier d’une baisse des impôts sur le revenu d’une quinzaine de milliards d’euros environ.

 

 

Il n’y a qu’en France qu’on préfère prendre son temps pour cultiver le clientélisme plutôt que de favoriser l’intérêt général. En Italie on a compris qu’une relance de la machine économique passe par une franche baisse des coûts de production, une nette amélioration de la compétitivité des entreprises ainsi qu’une importante baisse des impôts et taxes… Autant d’éléments qui permettent de relancer le pouvoir d’achat des italiens et qui ouvrira la porte à des opportunités qui permettraient aux entreprises de rénover leur process et ainsi gagner des points de compétitivité, des parts de marché, etc…

 

 

Non chez nous on en est encore à promettre des baisses d’impôts à une part infime de nouveaux contribuables français, autrefois non-imposables mais considérés désormais par cette majorité comme des riches qui s’ignorent, bons eux aussi à se faire presser comme un citron.

Source image: http://www.slate.fr/story/86179/matteo-renzi-exemple

Source image: http://www.slate.fr/story/86179/matteo-renzi-exemple

Tag(s) : #Les Hollanderies

Partager cet article

Repost 0