Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une surprise qui n’en est finalement pas une.

Je titrais ici-même en juillet dernier un billet intitulé « Prime à la médiocrité ? Hollande désigne Moscovici comme candidat à un poste de commissaire européen ». A l’époque j’étais bien loin de me douter que j’aurai raison aussi rapidement.

 

 

Ca a d’abord commencé en septembre dernier, où l’on apprenait que l’ex-Ministre de Bercy et ex-Député du Doubs allait finalement être placé sous la tutelle de 2 vice-présidents : un finlandais chargé de l'Emploi, de la croissance, de l'investissement et de la compétitivité, et un letton chargé de l'Euro et du dialogue social.

 

 

Plus proche de nous et évidemment grâce à la presse étrangère, helvétique plus précisément, on apprenait samedi dernier, dans le plus grand des silences en France, que les compétences même de Pierre Moscovici à son poste de Commissaire Européen étaient remises en cause de toutes parts.

 

 

Où est  la surprise me direz-vous…

Certainement pas dans le fait qu’il ne soit pas à la hauteur de ce qu’exige sa fonction puisque cela a déjà été le cas lorsqu’il était à Bercy et c’est d’ailleurs ce qui lui a valu son remplacement… La surprise n’est pas non plus du côté des médias français qui n’en ont pas parlé puisque ce qui aurait réellement constitué une surprise, c’eut été qu’ils en parlent…

 

 

Ce qui est reproché à l’ex-Ministre de Bercy c’est d’avoir cédé aux diktats des pays nordiques de l’U.E concernant le report de 2 ans dont bénéficie la France pour rétablir son déficit à 3%. Pour la petite info, celui-ci est prévu à 4,4% du PIB en 2014, s’est monté à 4,3% en 2013 et 4,8% en 2012, là où François Hollande avait promis 4,5% en 2012, 3% en 2013 et 2,3% en 2014…

 

 

A la gauche de Moscovici, on lui reproche d’avoir « retourné son casque », alors qu’à droite on dénonce son manque de fermeté au moment où il s’est agi de défendre les intérêts des français. Du côté des banquiers qui l’ont rencontré, ils l’ont jugé trop « approximatif pour être crédible »

 

 

C’est là toute la limite du politique…

Malgré les verbiages, il ne saurait tromper son interlocuteur, surtout si celui-ci est bien plus calé que lui dans un domaine où il cherche à faire croire qu’il maitrise le sujet !

Source image: http://www.la-croix.com/Actualite/France/Pierre-Moscovici-optimiste-malgre-une-croissance-en-berne-2013-08-11-997189

Source image: http://www.la-croix.com/Actualite/France/Pierre-Moscovici-optimiste-malgre-une-croissance-en-berne-2013-08-11-997189

Tag(s) : #Casseroles du PS et de la gauche

Partager cet article

Repost 0