Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je ne suis pas un socialiste et encore moins de gauche, mais en observant ce qu’il est en train de passer au Parti Socialiste, je ne peux m’empêcher d’être inquiet sur le devenir d’un parti qui initialement se disait Républicain et qui aujourd’hui semble sombrer de plus en plus vers le totalitarisme.

 

 

La majorité doit se réveiller ; les méthodes employées dans les pires dictatures communistes de la Planète ne doivent pas être recyclées dans notre pays et encore moins lorsqu’il s’agit de museler la parole de la représentation nationale, sous prétexte que son avis est contraire à celui que cherche à imposer et qu’il nuit aux intérêts du Chef de l’Etat.

 

 

L’explosion de la majorité la semaine dernière a fait beaucoup de mal à la démocratie. Il faut maintenant panser les plaies, mais pas n’importe comment et encore moins à n’importe quel prix.

 

 

Il s’est tenu hier rue de Solférino, à Paris, un bureau national au siège du Parti Socialiste, qui semble avoir accouché d’un compromis qui au mieux ne contente pas grand monde et au pire ne contente personne.

 

 

Face aux frondeurs, et ne souhaitant pas que la loi Macron soit votée grâce à la droite, le Premier Ministre a annoncé la semaine dernière, contre toute attente, recourir au « 49-3 » pour ne pas se laisser dépasser par sa gauche.

 

 

La fronde vaut aujourd’hui à certains courageux frondeurs d’être menacés par des sanctions, pour avoir osé défier l’autorité du Chef de l’Etat. En a-t-il seulement déjà eu de l’autorité ?...

 

 

Un compromis est trouvé à l’issue du bureau national d’hier, qui fait plus ou moins consensus : lorsqu'un texte divisera les socialistes, c'est le bureau national qui actera la consigne de vote que chacun devra suivre.

Autrement dit, les Députés PS ont officiellement perdu toute liberté de parole et d’action. Quel que soit le texte et quelles que soient leurs convictions, ils seront obligés, sous peine de sanctions, de suivre l’avis du bureau national.

 

 

Curieux de voir que ceux qui n’ont eu de cesse de s’autoproclamer les pourfendeurs de la liberté, en se réclamant d’être des Républicains, soient aujourd’hui les premiers à porter atteinte à la liberté d’expression et de pensée au sein même de leur propre mouvement. Toute velléité de rébellion est instantanément tuée dans l’œuf.

 

 

Cette dérive totalitaire du régime devient inquiétante.

Comme je le disais plus haut, je ne suis pas de gauche et encore moins socialiste, mais je ne peux m’empêcher de m’inquiéter lorsque je vois qu’un parti qui dit pourtant suivre un processus démocratique, semble désormais suivre la même ligne que celle imposée dans les pires régimes dictatoriaux et totalitaires de la planète.

 

 

La démocratie au sein du PS et donc sa propre survie est en danger.

J’en appelle au sursaut de tous les Républicains qui composent ce mouvement. En aucun cas ils ne doivent accepter une telle dérive au sien même de leur famille politique. C’est l’avenir même de notre démocratie qui pourrait être en danger…

Aujourd’hui c’est le parti de la majorité qu’on musèle… Et demain ? La France ?

Jean-Christophe Cambadélis opte pour l’interdiction de toute expression contraire à celle du Politburo
Tag(s) : #Casseroles du PS et de la gauche

Partager cet article

Repost 0