Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La majorité n’a que ce mot là à la bouche : l’unité nationale… L’union nationale…

Un peu comme si d’un seul coup, la France s’était arrêtée d’avancée, figée à répétition dans l’horreur de ce début de mois, empêchant l’expression de toute opinion qui pourrait bouleverser un éventuel instant de recueillement qui, bizarrement, tend à s’éterniser.

 

 

Autrefois le simple fait d’oser dénoncer un sujet quelconque faisait de vous un antirépublicain. Evoquer les questions sécuritaires ou relatives à l’immigration faisait de vous un raciste. Aujourd’hui oser dénoncer la supercherie d’une récupération malsaine qui semble n’avoir pour vocation qu’à tuer dans l’œuf toute idée de débat politique contraire aux intérêts d’une caste politique fait de vous un personnage abjecte qui cherche à minorer, pour ne pas dire renier, l’esprit qui a animé la marche Républicaine du 11 janvier dernier.

 

 

La gauche retombe dans ses travers.

 

 

Elle recommence à vouloir générer des tabous sur des sujets dont elle ne veut pas parler parce qu’elle ne s’y sent pas à son aise et qu’elle sait que le sujet divise, même de ses propres rangs. Elle sait que la conjoncture ne lui sera favorable que très provisoirement mais peu lui importe ; son objectif à elle est de continuer de surfer le plus longtemps possible sur la vague qui est née de l’indignation des français face à la barbarie djihadiste.

 

 

Mais les français ne sont pas dupes.

Ils savent que le rebond de la cote de popularité du Chef de l’Etat, consécutif à la manière dont il a géré la situation pendant et après les actes terroristes, n’est en réalité dû qu’une à une poignée de communicants qui pour une fois semblent avoir bien fait les choses.

 

 

Les français ont également parfaitement compris que la majorité joue très gros sur ce qu’il vient de se passer et qu’elle se doit d’être à la hauteur. Peut-être envisage-t-elle-même quelques retombées pouvant potentiellement lui être favorables, dans les urnes, consécutives à son petit jeu de la posture de circonstance.

 

 

Mais ne soyons pas dupes.

 

 

Ce qui est obscène ça n’est pas de dénoncer le dérapage du Premier Ministre ou encore les mesures qu’il a annoncé pour réinstaurer les valeurs Républicaines ; cette fameuse montagne qui a accouché d’une souris.

 

 

Ce qui à mon sens est obscène, c’est de capitaliser sur la mort de 17 personnes pour essayer de tirer profit de la situation le plus longtemps possible et de chercher à couper au couteau toute tête qui pourrait éventuellement dépasser.

 

 

Quand on est doté d’une once de morale, à laquelle il est nécessaire de rajouter une dose ferme de dignité, on ne tente pas d’insuffler un second souffle à son mandat pendant les cérémonies servant à rendre hommage aux victimes.

 

 

Quand on est doté d’une once de respect et de dignité, on n’instrumentalise pas un évènement comme le rassemblement des millions de français le dimanche 11 janvier dernier, en accusant ses contradicteurs d’en briser l’esprit simplement parce que leurs propos ne vont pas en votre sens et que conjoncturellement, il pourrait éventuellement vous être profitable de jouer la carte de l’affect, en invoquant notamment un évènement qui parle à environ 5 à 10% de la population française.

 

 

Quand on est un politique digne et à la hauteur de ce qu’impose sa fonction, on se doit d’avoir un minimum de respect l’égard des français mais également des victimes de la barbarie terroriste. On n’instrumentalise pas ainsi leurs morts et encore moins l’émotion qu’elles ont généré.

Source image: http://infos.niooz.fr/intervention-en-irak-notre-securite-nationale-est-en-jeu-estime-valls-1670419.shtml

Source image: http://infos.niooz.fr/intervention-en-irak-notre-securite-nationale-est-en-jeu-estime-valls-1670419.shtml

Tag(s) : #Ce que j'en pense...

Partager cet article

Repost 0