Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je pense être passé à deux doigts de vomir hier matin en apprenant que François Hollande était allé à la rencontre d’associations de lutte contre la pauvreté à Clichy-Sous-Bois.

 

 

Il faut dire que la pauvreté, il la connaît bien. D’ailleurs il compose régulièrement avec elle puisque tout le monde sait très bien que l’objectif inavoué du socialisme est avant tout d’accroître la pauvreté. Sur ce terrain-là, François Hollande n’est pas en reste. Ses multiples atteintes de ces dernières années au pouvoir d’achat des français sont d’ailleurs un indicateur clef de la volonté de cette majorité à vouloir accroître la pauvreté de manière totalement irraisonnée.

 

Il y a également toutes ses politiques dites « sociales » qui en fin de compte ne servent qu’à créer de nouvelles inégalités de traitement entre les français. Dernière idée en date, recycler un projet sur lequel était finalement revenu Lionel Jospin en son temps et qui consistait à indexer les allocs en fonction des revenus.

 

 

Que cherchait François Hollande hier avec cette opération de com’, feignant de s’intéresser aux pauvres ? A essayer de rattraper le coup des « sans dents » ?

 

 

S’il est une des raisons qui fait que je n’ai jamais été de gauche et que je ne le serai jamais, c’est que je ne supporte pas cette récupération malsaine et à portée purement électoraliste à laquelle elle s’adonne, en surfant sur le désarroi et le malheur d’une partie de la population. J’exècre ces « salopards » qui n’ont jamais, ou presque, connu le besoin et qui pour la nécessité d’une campagne s’affichent aux côtés des pauvres pour faire bon genre.

 

 

J’exècre également ces « salopards » qui cherchent à s’acheter une conscience en faisant leur business sur le dos des plus démunis. Et enfin, j’exècre ces « salopards » qui se sentent le besoin d’instrumentaliser la pauvreté pour se refaire une image à l’heure où certains allumés et autres fêlés de gauche leur reprochent de pratiquer une politique qu’ils qualifient « de droite ».

 

 

Il ne peut y avoir aucun doute là-dessus. J’exècre les « salopards » qui instrumentalisent les pauvres et la pauvreté, tout comme j’exècre les salopards qui assurent le S.A.V de ces récupérations malsaines et indignes de ce qu’est le quotidien de millions d’entre nous. Quotidien qu’ils n’ont jamais connu et dont ils ignorent totalement la réalité.

Source image: ci-dessous

Source image: ci-dessous

Tag(s) : #Ce que j'en pense...

Partager cet article

Repost 0