Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il est loin le temps de l’ultra-optimisme fanfaronnant de Moi Président » où il n’hésitait pas à répéter à qui voulait l’entendre que la courbe du chômage allait s’inverser…

D’abord sous un an, c’est-à-dire en septembre 2013, puis à la fin de l’année 2013 et après moult revers, il s’est résigné à fixer une date, s’en remettant au « petit bonheur la chance ».

 

 

Pour tout vous dire, je n’ai pas regardé ni même écouté le Président de la République dans son énième show télévisé depuis son élection. Quel intérêt ? Sa politique nous la connaissons et nous la subissons au quotidien. Est-ce vraiment nécessaire de lui consacrer du temps ? J’en doute. Peut-être que les audiences diffusées vers 09h00 ce matin démontreront que les français ont été nombreux à penser la même chose que moi et auront donc occupé leur début de soirée à autre chose.

 

 

Suis-je crédible pour autant pour parler de quelque chose que je n’ai pas entendu de mes propres oreilles ? Oui… Pourquoi ? Parce que je me suis documenté et ai profité des différentes analyses qui ont été faites de cette interview par ceux dont c’est le métier, pour m’en faire un avis.

 

 

Hormis annoncer des frappes aériennes en Irak, il n’a rien dit d’autre. Tout juste a-t-il assumé que les résultats de sa politique tardaient à arriver et qu’il y avait un certain ras-le-bol des français face à l’oppression fiscale qu’ils subissent au quotidien et dont il est l’instigateur.

 

 

Puis les résultats… Ils viendront quand ils seront là et peut-être même une fois que lui ne sera plus là ! C’est vous dire s’il a pris conscience qu’il est fort probable que ce soit fichu pour lui…

 

 

Les dossiers qui fâchent, tel que la réforme territoriale, n’ont pas été abordés. Ni la nécessité de mener impérativement des réformes structurelle. Tout juste a-t-il reconnu que finalement l’Allemagne avait raison de le presser, mais que lui réclamait l’indulgence de la Chancelière puisqu’il a fallu 10 ans à Schröeder pour mettre en place ses réformes et qu’elles s’inscrivaient dans un contexte économique différent, donc plus favorable à l’Allemagne. Certes. A ce détail près que François Hollande a oublié de préciser, lorsqu’il a érigé en exemple les réformes du social-démocrate allemand, que celui-ci avait dû composer avec la difficulté que pouvait représenter le fait de se retrouver à devoir gérer un pays unifié… Ce qui ne s’était pas produit de l’autre côté du Rhin depuis environ 50 ans…

Un oubli sans doute. Ou pas.

 

 

Bref…

Rien à retenir.

En juillet dernier il nous annonçait que la reprise était là. Aujourd’hui il nous annonce vouloir négocier avec Bruxelles le report de l’objectif de 3% de déficit public à 2017…

 

Un homme fatigué, usé et à court d’idée.

Tout juste se contente-t-il encore, comme à son habitude d’ailleurs, d’essayer de contenter tout le monde et de faire croire que ce qu’il fait est bien et portera ses fruits.

 

 

Nous on attend toujours. Ou plus en fait.

 

Source image: https://twitter.com/Le_Figaro/status/512635378030088192

Source image: https://twitter.com/Le_Figaro/status/512635378030088192

Note à mes lecteurs et abonnés:

Une/des tentative(s) de "hacking" de mon interface de connexion à mon blog a/ont récemment altéré son fonctionnement. Désormais tout est rentré dans l'ordre.

Tag(s) : #Ce que j'en pense...

Partager cet article

Repost 0