Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C’est la petite précision qu’ont oublié d’apporter un grand nombre des médias qui ont très fièrement évoqué la nomination de Pierre Moscovici comme Commissaire Européenne aux Affaires Economiques.

 

 

En réalité, l’ex locataire de Bercy a été placé sous la tutelle de 2 vice-présidents, le finlandais Finlandais Jyrki Katainen, chargé de l'Emploi, de la croissance, de l'investissement et de la compétitivité, et le Letton Valdis Dombrovskis, chargé de l'Euro et du dialogue social. Preuve que progressivement l’Europe du Sud, dont la France, cède du terrain aux pays d’Europe du Nord.

 

Junker s’est par ailleurs senti le besoin de préciser que ces vice-présidents "de projets ne seraient pas des "superviseurs" mais des "animateurs", des "coordinateurs", ajoutant que « Ces vice-présidents ont soit une invraisemblable expérience européenne (...), soit ont été Premiers ministres. […] Un Premier ministre, c'est quelqu'un qui organise, qui anime une équipe. »

 

 

Il n’en fallait pas plus pour comprendre instantanément que le titre obtenu par Moscovici n’est qu’honorifique et que sur le fond il n’aura quasiment aucun pouvoir de décision. Il ne sera qu’un simple exécutant. Un détail que les médias n’ont pas tous pensé à préciser alors que l’info est pourtant reprise par Reuters.

 

 

Tout ça sent un peu l’entourloupe.

 

Le matin on annonce que contrairement à ce qui était annoncé 8 jours auparavant la France maintenait bien son objectif de tailler dans la dépense publique. Pire. La France, pour la première fois depuis l’année 2011 et le redressement de son déficit public, voyait celui-ci repartir à la baisse et ceci malgré la multiplication des hausses d’impôts. Ni vu, ni connu, on annonce dans la foulée la nomination de Pierre Moscovici à son poste de Commissaire Européen, laissant sous-entendre sans forcément le dire explicitement que grâce à lui, la France pourra bénéficier de « largesses » de la part de Bruxelles.

 

Ce dont se défend Juncker :

« "Il ne faudra pas mélanger politique nationale et politique européenne […] Nous ne sommes plus les émanations des Etats membres »

 

Oups !

 

Si Juncker affiche (très naïvement) sa confiance à Pierre Moscovici, il n’en est pas de même du côté français. En fait, la nomination de Moscovici à Bruxelles me fait penser que l’Europe est un peu la poubelle de la France ; cet endroit où on recase tous les incasables à qui on ne veut proposer aucun poste sur notre territoire.

 

 

La politique et l’attitude de Pierre Moscovici du temps où il était à Bercy avaient suscité un très grand nombre de réactions, aussi bien à gauche qu’à droite, et jamais positives.

J’ai un peu de mal à comprendre comment on peut aujourd’hui ériger en trophée la nomination d’un mec dont on n’a pas arrêté de dénoncer la nullité, en un symbole de la toute-puissance du « Dieu Hollande » à s’affirmer face à la vilaine Merkel.

 

 

La logique socialiste… Ou la prime à la médiocrité !

Source image: http://lelab.europe1.fr/Pre-designe-Pierre-Moscovici-bien-parti-pour-devenir-commissaire-europeen-fin-juillet-15482

Source image: http://lelab.europe1.fr/Pre-designe-Pierre-Moscovici-bien-parti-pour-devenir-commissaire-europeen-fin-juillet-15482

Tag(s) : #Casseroles du PS et de la gauche

Partager cet article

Repost 0