Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il y avait fort longtemps que l’éolienne du redressement productif n’avait pas cherché à faire parler d’elle. L’actualité de ces derniers jours, en l’occurrence le dossier Alstom, lui aura permis de refaire son grand retour sur la scène médiatique. Un silence qui ne nous dérangeait pourtant guère…

 

Dès les premières rumeurs d’un rachat éventuel de la branche énergie d’Alstom par l’américain Général Electric, Arnaud Montebourg était monté au créneau en cherchant à faire croire au petit peuple de gauche que l’Etat peut tout, surtout contre la vilaine finance mondiale.

 

Si Arnaud Montebourg était capable de quelque chose en la matière, les salariés de PSA Aulnay ou d’Arcelor Mittal Florange, Heuliez et j’en passe pourraient vous en parler, sauf que ça n’est pas le cas. Au mieux pour acheter le silence des ex-ouvriers ex-grévistes, on leur propose d’être têtes de listes aux élections Européennes pour le PS. Moyen efficace pour enterrer, au moins l’espace de quelques mois, toute possibilité de voir ressurgir une polémique sur l’inefficacité du redresseur improductif.

 

Pour le Président français et la Chancelière Allemande, le devenir du groupe français est une décision qui appartient à ses dirigeants. Angela Merkel a également précisé que le Gouvernement allemand ne mettrait pas son nez dans les affaires de Siemens, dans l’éventualité d’un rachat d’une partie des activités d’Alstom par le groupe allemand.

 

François Hollande de son côté a reconnu qu’il s’agissait « d’abord d’une affaire d’entreprises, d’industriels », en prenant soin de rappeler que le Gouvernement français était très attentif à la préservation de l’emploi.

 

Pourtant, pas plus tard que vendredi dernier, le Ministre du Redressement Productif Arnaud Montebourg s’était rendu en Allemagne pour s’entretenir avec son homologue allemand pour évoquer le rachat d’Alstom.

 

Autrement dit, Arnaud Montebourg a une fois de plus fait preuve d’un certain excès de zèle en voulant se faire passer pour un intermédiaire dans le dossier du rachat éventuel d’Alstom par Siemens plutôt que par G.E. Au final que ce soit lui ou son homologue allemand, ils n’auront aucun mot à dire sur le sujet.

 

 

Le Président de la République ainsi que la Chancelière Merkel ont reconnu que c’est aux industriels de décider de ce qu’ils veulent faire sur le dossier Alstom et non pas à un petit apparatchik nostalgique des pratiques de l’ex Union Soviétique, en quête d’un moyen pour rebondir politiquement, d’intervenir alors qu’il n’a de toutes façons aucun pouvoir en la matière !

Vous remarquerez que la personne de gauche qui tient son parapluie est de droite et que celle de droite qui se fait tenir son parapluie est de gauche.

Vous remarquerez que la personne de gauche qui tient son parapluie est de droite et que celle de droite qui se fait tenir son parapluie est de gauche.

Tag(s) : #Les Hollanderies

Partager cet article

Repost 0